Dans le même numéro

Le décentrement des démocraties

août/sept. 2008

#Divers

Alors qu’on se contente souvent d’exiger d’un pays qu’il institue des élections régulières pour considérer qu’il a accompli sa mue démocratique aux yeux de la communauté internationale, il faut rappeler que la légitimité démocratique ne s’est pas instaurée chez nous uniquement par le biais du suffrage. La légalité du pouvoir administratif et son développement sous la forme rationnelle et désintéressée du « service public » en sont un autre versant. Mais la légitimité connaît encore de nouvelles transformations avec les demandes de proximité et d’impartialité.

L’onction populaire des gouvernants est pour nous la principale caractéristique d’un régime démocratique. L’idée que le peuple est la seule source légitime du pouvoir s’est imposée avec la force de l’évidence. Nul ne songerait à la contester, ni même à la réfléchir.

La souveraineté ne saurait se partager, résumait au xixe siècle un grand républicain français. Il faut choisir entre le principe électif et le principe héréditaire. Il faut que l’autorité se légitime ou par la volonté librement exprimée de tous, ou pa

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !