Portrait de Louise Glück utilisé pour une affiche faisant la promotion d'une lecture au Poetry Center du Museum of Contemporary Art de Chicago (vers 1976-1977) | Wikimédia
Dans le même numéro

La poésie de Louise Glück

avril 2021

La poétesse américaine Louise Glück a obtenu le prix Nobel de littérature 2020. Romain Benini, qui a traduit en français son dernier recueil Nuit de foi et de vertu, nous introduit à une œuvre poétique explorant les données élémentaires de l’expérience humaine, le rapport au temps ou à la mort, non sans une certaine propension à l’humour et à l’ironie. Il nous propose également une traduction inédite d’un poème.

Louise Glück a reçu le prix Nobel de littérature le jeudi 8 octobre 2020. Avant cela, très peu de ses textes étaient parvenus au lectorat français et seuls quelques poèmes épars étaient traduits dans notre langue1. Le fait est sans doute anecdotique, mais il est tout aussi sûrement remarquable : combien de fois est-il arrivé qu’une œuvre soit ainsi récompensée par l’académie suédoise alors qu’elle était aussi méconnue en France ? En 2015, la dernière femme distinguée, Olga Tokarczuk, était traduite depuis près de vingt ans en français. Il est vrai qu’on célébrait surtout ses œuvres narratives. Mais le dernier poète salué par Stockholm, Tomas Tranströmer, dont l’œuvre a des dimensions comparables à celle de Louise Glück, était déjà publié au Castor Astral trente ans avant le prix décerné en 2011. Même Gallimard s’en était emparé depuis 2004.

Il ne s’agit pas ici de déplorer le rang secondaire auquel semble reléguée la poésie, ni de s’interroger un peu artificiellement sur les causes de la négligence éditoriale française à

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Romain Benini

Romain Benini est maître de conférences à l'UFR de langue française de Sorbonne Université. Sa traduction du recueil de Louise Glück, Nuit de foi et de vertu, est publiée dans la collection « Du monde entier » (Gallimard). Stylisticien et spécialiste de la chanson du XIXe siècle, il est aussi l’auteur de Filles du peuples ? Pour une stylistique de la chanson au XIXe siècle, et co-auteur, avec…

Dans le même numéro

Les difficultés rencontrées pendant la gestion de l’épidémie de Covid-19 ont remis en lumière le rapport paradoxal que la France entretient avec son État. Parce qu’il est censé décider de tout, il est le recours vers lequel tous se tournent en situation de crise, en même temps qu’il concentre l’essentiel des critiques. Au-delà de la crise sanitaire, la question d’un juste partage des responsabilités entre l’État et d’autres acteurs - les collectivités territoriales, les citoyens, les syndicats ou les entreprises- pour construire un horizon d’action commun se pose. Alors même que la pandémie marque le retour en grâce de l’action publique, comment changer concrètement la figure de l’État pour apaiser sa relation avec la société et lui permettre de répondre aux aspirations contemporaines en matière d’écologie et de justice sociale ? C’est à cette question que s’attache ce dossier, coordonné par Lucile Schmid.