Chambre d'Edgar Allan Poe à l'université de Virginie. wikimedia
Dans le même numéro

Poe et le travail de l'artiste

Nous évoquons beaucoup Bartleby, la nouvelle de Herman Melville, quand nous revenons, rituellement, à cet espace entropique qu’est le travail, y craignant particulièrement de prendre conscience de ce que David Graeber a appelé les bullshit jobs, ces emplois aliénants par leur manque d’intérêt ou de sens. Ce serait dommage ­d’oublier Poe dans une conversation sur le travail ou sur la remise en question de la théorie des décisions rationnelles. Que nous vivions bien dans une société organisée autour du travail et de l’accumulation des biens, c’est ce que révèle à bien des égards la prolifération de la gestion. Une telle société ne reconnaît la valeur du jeu et de l’art qu’à titre symbolique, qu’en tant que «capital culturel». Depuis «l’invention de ­l’enfance», tout ce qui est ludique et contestataire est de plus en plus célébré, mais ni les enfants, ni les artistes ne sont, à proprement parler, rémunérés.

En inventant la figure de cet intellectuel qu’est le détective privé, il me semble que Poe cherchait à imaginer un monde qui reconnaî

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Rose Réjouis

Rose Réjouis est professeur de littérature à The New School. Intéressée par la politique culturelle des affects, du genre, de la race et de la classe, par la pensée juive et la littérature de la diaspora africaine, elle étudie particulièrement les stratégies narratives des minorités sociales et ethniques, en prêtant attention au jeu entre idées et structures littéraires. Elle est également...

Dans le même numéro

Si l’affaiblissement de la base sociale du christianisme en Europe est indéniable, selon le dossier coordonné par Jean-Louis Schlegel, la sécularisation transforme la foi et l’appartenance religieuse en choix personnels et maintient une culture d’origine chrétienne et une quête de sens, particulièrement sensibles dans la création littéraire. A lire aussi dans ce numéro : une défense d’Avital Ronell, un récit de voyage en Iran et des commentaires de l’actualité politique et culturelle.