Dans le même numéro

Tu ne sais pas lire

mars/avril 2017

#Divers

Au fond, on ne te reproche qu’une chose : tu ne sais pas lire. Qu’est-ce que ça veut dire ? Que tu ne fonctionnes pas bien dans notre grammaire. Tu n’es ni un verbe d’action, ni un joli mot, ni une préposition utile. Tu vis ici dans une ponctuation qui n’est pas la tienne. Tu imites. Quand tu es moins timide, tu cajoles, tu nous fais un grand sourire. C’est bien gentil, mais ça ne suffit pas. Tu n’es pas d’ici. Tu es ici chez nous et ici, toi, tu es illisible, avec ou sans voile. Que ce voile soit la couleur de ta peau ou un foulard en polyester. Au fait, vous les achetez où ces foulards ? Ça ne vous fait pas l’effet d’avoir le visage tatoué de porter ça ? C’est bizarre de vouloir déjouer l’attention de son visage avec des couleurs bigarrées. Excuse-moi, mais je trouve que ça fait enfant. Ça fait la petite fille ou le petit garçon qui joue à la dame.

Bon, c’est vrai que tu es jolie, grande et élancée parfois. C’est vrai que tu t’habilles avec élégance parfois. Oui, mais bon, et après ? Après, ce sera fatigant d’avoir à déjeuner avec une personne qui vous saoule avec tous les obstacles qu’elle a dû surmonter pour se retrouver dans ce petit restaurant à déjeuner avec vous et on ne pourra pas se confier facilem

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Rose Réjouis

Rose Réjouis est professeur de littérature à The New School. Intéressée par la politique culturelle des affects, du genre, de la race et de la classe, par la pensée juive et la littérature de la diaspora africaine, elle étudie particulièrement les stratégies narratives des minorités sociales et ethniques, en prêtant attention au jeu entre idées et structures littéraires. Elle est également…

Dans le même numéro

Malgré ses prouesses, la technique présente des coûts humains, sociaux et écologiques démesurés. Grande pourvoyeuse de solutions, elle est devenue elle-même le problème, qui ne pourra être résolu de façon technique. C’est en effet de nous qu’il faut attendre un changement.