Dans le même numéro

Contre le stéréotype palestinien (entretien)

novembre 2010

#Divers

Être dépossédé de sa terre, c’est aussi être privé de son histoire et simplement de son nom: c’est dans la langue et l’imaginaire que l’écrivain palestinien cherche à redonner visage à une expérience plus heureuse de son histoire.

« – Que ferons-nous, toi et moi, lorsque nous serons vieux ? Nous serons assis sous un figuier, sur le parvis d’une maison en Palestine. [...]

Nous parlerons du temps qu’il fait et des nuages qui passent. »

Elias Sanbar, «Souvenir d’une conversation avec Mahmoud Darwich1 », dans Dictionnaire amoureux de la Palestine2.

Ni victime, ni héros. Tel est l’emblème du Dictionnaire amoureux de la Palestine d’Elias Sanbar. Subjectif et assumé, son dernier ouvrage nous livre une Palestine en marge des clichés. Ainsi le lecteur apprend-il que le Palestinien est un homme comme tout le monde : il mange, il rit et il a une mère. Captif amoureux de son itinéraire politico-poétique, Elias Sanbar, dans un récit en d

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !