Ebrahim Raisi en 2016, photo Hossein Razaqnejad
Flux d'actualités

Un nouveau président conservateur en Iran

L’élection d’Ebrahim Raisi comme nouveau président de l’Iran a été soigneusement conçue et contrôlée par le Guide suprême, l’ayatollah Ali Khamenei, et les Gardiens de la révolution iranienne.

Le chef du pouvoir judiciaire, Ebrahim Raisi, a remporté l’élection présidentielle en Iran le samedi 19 juin avec 61,95 % des voix. La victoire de Raisi n’a étonné personne, notamment parce qu’il était considéré comme le principal choix des partisans de la ligne dure iranienne. Ebrahim Raisi faisait partie des sept candidats (dont cinq conservateurs) autorisés par l’organe de surveillance des élections en Iran à se présenter à l’élection présidentielle du 18 juin. Sans surprise, sur les 529 personnes qui se sont inscrites pour participer à l’élection présidentielle, seuls sept candidats ont été approuvés par le Conseil des gardiens de l’Iran. Parmi ceux qui n’ont pas pu se présenter figurent l’ancien président Mahmoud Ahmadinejad et l’ancien président du parlement Ali Larijani.

Du point de vue des experts et des observateurs de la politique iranienne, cette élection a été soigneusement conçue et contrôlée par le Guide suprême, l’ayatollah Ali Khamenei, et les Gardiens de la révolution iranienne, qui ont influencé toutes les décisions concernant la politique intérieure et extérieure de l’Iran. L’ayatollah Khamenei étant âg&eac

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !