Ursula von der Leyen devant le Parlement européen le 16 juillet 2019 © Union européenne
Dans le même numéro

Suffrages et marchandages à la Commission

La phase de nomination à la présidence de la Commission européenne a fait ressortir la tension entre deux conceptions de la légitimité démocratique.

Une élection ne se limite pas à ses résultats. La manière dont ces derniers commandent le choix des gouvernants et des politiques menées renseigne sur la qualité des infrastructures démocratiques de l’État ou de l’organisation qui s’y soumet. Les élections européennes de mai 2019 doivent s’apprécier à l’aune de ces deux dimensions. À l’absence de net vainqueur sorti des urnes s’est ajouté un cadre mal assuré voire disputé pour tenir compte des résultats dans les nominations aux plus hauts postes européens, à commencer par la présidence de la Commission.

De fait, personne ne peut prétendre avoir gagné, à lui seul, ces élections. Ou plutôt, chaque formation – Verts, libéraux, chrétiens-démocrates, sociaux-démocrates, extrême droite – peut revendiquer sa part de victoire, à l’exception de l’extrême gauche. Cet éclatement des forces n’est pas propre aux européennes : il s’est retrouvé dans maints scrutins nationaux récents, comme en Allemagne, en Suède, en Belgique ou en Espagne. La formation laborieuse de coalitions fragiles en est symptomatique. Par leur contenu, les résultats des européennes reflètent cette p&eacut

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Sébastien Maillard

Directeur de l’Institut Jacques Delors, il est notamment l'auteur, avec Enrico Letta, de Faire l’Europe dans un monde de brutes (Fayard, 2017).

Dans le même numéro

À mi-mandat du quinquennat d’Emmanuel Macron, le dossier diagnostique une crise de la représentation démocratique. Il analyse le rôle des réseaux sociaux, les mutations de l’incarnation politique et les nouvelles formes de mobilisation. À lire aussi dans ce numéro : Jean-Luc Nancy sur l’Islam, Michael Walzer sur l’antisionisme et François Dubet sur la critique de la sélection.