Dans le même numéro

Pour une coopération multiraciale

Depuis l’échec des Démocrates lors de la dernière élection présidentielle, un débat s’est ouvert aux États-Unis pour savoir si le Parti en général et les soutiens de Hillary Clinton en particulier, avaient tiré les leçons de cette déconvenue. Parmi les questions récurrentes, celle de savoir s’ils ont trop privilégié, toutes ces dernières années, les questions sociétales et la défense des minorités, au détriment d’une question sociale pourtant ravivée par la désindustrialisation et la crise de 2008, et au risque de s’aliéner un électorat de « petits Blancs » déclassés. Ancien président de l’Association américaine de sociologie et professeur à l’université de Harvard, William Julius Wilson compte parmi les voix influentes qui considèrent que ces deux approches ne s’opposent pas et qu’on peut lutter tout à la fois pour plus de justice économique et pour une société plus inclusive, sans alimenter l’engrenage des « guerres culturelles ». Wilson est l’auteur de nombreux ouvrages sur la pauvreté, la question raciale, la culture et les structures sociales qui ont profondément marqué et renouvelé le déba

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

William Julius Wilson

Professeur de sociologie à l’université de Harvard, William Julius Wilson est l’auteur de nombreux ouvrages sur la pauvreté, la question raciale, la culture et les structures sociales qui ont marqué le débat intellectuel aux États-Unis, dont, en français, Les oubliés de l’Amérique (Desclée de Brouwer, 1994) Dans les années 1980, Il est le récipiendaire de dizaine de prix et de récompenses pour ses…

Dans le même numéro

Nous sommes les témoins du retour de la clôture politique (fascismes, racismes, exclusions) et d’un discours qui réduit la société ouverte au marché. Dans ce contexte, il est urgent de relancer l’ouverture réelle, comme y invitent Camille Riquier et Frédéric Worms après Bergson, ainsi que les auteurs d’un riche abécédaire critique.