Notes de lecture

Dans le même numéro

Le rire et la mort de Dieu de Bernard Sarrazin

octobre 2020

Bernard Sarrazin plaide pour un christianisme a-religieux ou un athéisme chrétien consistant à vivre, comme le proposait Dietrich Bonhoeffer, « devant Dieu, mais sans Dieu ». Enraciné dans la tradition chrétienne, il rappelle que pendant des siècles, la question de savoir si Jésus avait ri occupa autant les esprits que celle de savoir si les anges ont un sexe. Si la foi nous aide à traverser une vallée de larmes, le rire est en effet une impiété que l’on tolère une fois par an, au carnaval, pour revenir aussitôt à la triste normalité. Le rire est diabolique : il serait inconcevable que Dieu incarné en homme s’abandonne au rire. Encore aujourd’hui, rire de la religion est perçu par certains comme blasphématoire. Bernard Sarrazin montre comment, peu à peu, par Rabelais et Montaigne comme art de vivre, par Blaise Pascal ou Léon Bloy comme outil polémique, le rire s’est fait une place dans la religion, à mesure que la société se laïcisait et qu’elle avait moins besoin de ce « Dieu archaïque de peur et de consolation qui punit et protège ». Quelle place reste-t-il au rire quand « Dieu est mort » ? La confiance absolue en la science et en la technologie ne prend-elle pas la place de la théocratie int

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !
Bayard, 2020
300 p. 18 €

Bernard Sarrazin

Bernard Sarrazin est agrégé de lettres classiques. Il a enseigné la littérature à la Sorbonne puis à l'université Paris-VII-Denis Diderot.

Dans le même numéro

La crise sanitaire provoquée par l’épidémie de Covid-19 donne de la vigueur aux critiques de la démocratie. Alors que certains déplorent l’inertie de la loi et que d’autres remettent en cause les revendications sociales, le dossier, coordonné par Michaël Fœssel, répond en défendant la coopération, la confiance et la délibération collective. À lire aussi dans ce numéro : les régimes d’historicité, le dernier respirateur, le populisme américain et l’œuvre de Patrick Modiano.