Notes de lecture

Dans le même numéro

Fabriquer un consentement. La gestion politique des médias de masse de Noam Chomsky et Edward Herman

Trad. par Dominique Arias

juin 2021

La nécessité d’être suffisamment éclairé pour accomplir notre devoir de citoyen devrait passer par la consultation de médias (toutes formes confondues) eux-mêmes éclairés, faisant preuve d’une libre analyse des situations politiques et économiques. Les auteurs offrent ici une critique des grands médias américains de 1945 à 1988, épinglés pour leur « extrême partialité » et leur action de « propagande » servant « à mobiliser le soutien de la population pour des intérêts particuliers qui dominent les sphères de l’État et du secteur privé ». Pour en dégager les aspects essentiels, ils ont élaboré un « modèle de propagande ». Il s’agit d’un outil méthodologique permettant de voir fonctionner cinq « filtres » qui biaisent le travail d’information des médias. L’ouvrage, d’abord publié aux États-Unis en 1988, est désormais publié en français dans une version respectant l’intégralité de l’appareil de notes et références bibliographiques. Le modèle demeure toujours valable, comme l’illustre l’introduction à la réédition américaine de 2002 évoquant la couverture médiatique des deux guerres d’Irak.

Le premier filtre est l’orientation lucrative des médias de masse dans un contexte de marché. Ils sont effet financés et contrôlés par de puissants groupes d’intérêts : « Ceux qui représentent ces intérêts ont des ordres du jour précis et des principes à faire valoir. Ils sont aussi en position de déterminer et d’infléchir l’

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !
Investig’Action, 2019
743 p. 20 €

Christine Bergé

Anthropologue (EHESS, CIPH), elle est notamment l'auteure de L'Odyssée de la mémoire (La Découverte, 2010).

Dans le même numéro

Les enquêtes de santé publique font état d’une épidémie de fatigue dans le contexte de la crise sanitaire. La santé mentale constitue-t-elle une « troisième vague  » ou bien est-elle une nouvelle donne sociale ? L’hypothèse suivie dans ce dossier, coordonné par Jonathan Chalier et Alain Ehrenberg, est que la santé mentale est notre attitude collective à l’égard de la contingence, dans des sociétés où l’autonomie est devenue la condition commune. L’épidémie ne provoque pas tant notre fatigue qu’elle l’accentue. Cette dernière vient en retour révéler la société dans laquelle nous vivons – et celle dans laquelle nous souhaiterions vivre. À lire aussi dans ce numéro : archives et politique du secret, la laïcité vue de Londres, l’impossible décentralisation, Michel Leiris ou la bifurcation et Marc Ferro, un historien libre.