Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

Notes de lecture

Dans le même numéro

Trois leçons sur l’école républicaine d’Éric Maurin

mars 2022

On ne peut qu’être frappé par l’incidence théorique et pratique de la thèse d’Éric Maurin selon laquelle les inégalités scolaires ne viennent pas de l’école elle-même, ainsi que Bourdieu et Passeron ont pu le soutenir. En effet, l’économiste et sociologue, s’appuyant sur de nombreuses études, confirme la prépondérance de l’inégalité des conditions de vie sur les carrières scolaires, masse de granit sur laquelle l’école n’a aucune prise, tout en s’y heurtant constamment. Aussi s’engager dans une lutte contre les inégalités à l’école est-il voué à l’échec, puisque ce but relève d’abord et surtout de politiques sociales. En revanche, la réduction de la pauvreté des enfants forme le moyen le plus efficace pour rétablir les chances concrètes de réussite. C’est à un grand déplacement du regard analytique que convie cet essai incisif sur « le problème du siècle » que constitue toujours « l’inégalité d’éducation », selon un célèbre discours de Jules Ferry en 1870. Par sa problématique autant que par ses thèmes d’investigation (laïcité, centralisme, élitisme), l’auteur opère ainsi une « plongée au cœur du système ».

L’hypothèse globale d’Éric Maurin, que l’on peut qualifier d’« externaliste », ne doit pas être conçue comme une régression à une intuition de sens commun, selon laquelle « tout se joue à la maison », ni comme la réhabilitation d’un déterminisme inhérent au « milieu » dont un xixe

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !
Seuil, 2021
128 p. 11 €

Isabelle de Mecquenem

Isabelle de Mecquenem est agrégée de philosophie et enseigne depuis trente ans une discipline qui n’existe pas, la philosophie de l’éducation. Depuis 2015, elle est aussi chargée de mission sur la laïcité et la lutte contre le racisme et l’antisémitisme à l’université de Reims Champagne Ardenne. Elle a publié une synthèse sur la laïcité en 2018 aux éditions Studyrama. Elle dirige avec Céline…

Dans le même numéro

Retrouver la souveraineté ?

L’inflation récente des usages du mot « souveraineté », venue tant de la droite que de la gauche, induit une dévaluation de son sens. Dévaluation d’autant plus choquante à l’heure où, sur le sol européen, un État souverain, l’Ukraine, est victime d’une agression armée. Renvoyant de manière vague à un « pouvoir de décider » supposément perdu, ces usages aveugles confondent souvent la souveraineté avec la puissance et versent volontiers dans le souverainisme, sous la forme d’un rejet de l’Union européenne. Ce dossier, coordonné par Jean-Yves Pranchère, invite à reformuler correctement la question de la souveraineté, afin qu’elle embraye sur les enjeux décisifs qu’elle masque trop souvent : l’exercice de la puissance publique et les conditions de la délibération collective. À lire aussi dans ce numéro : les banlieues populaires ne voteront plus, le devenir africain du monde, le destin du communisme, pour une troisième gauche, Nantes dans la traite atlantique, et la musique classique au xxie siècle.