Notes de lecture

Dans le même numéro

Baise ton prochain de Dany-Robert Dufour

mai 2020

De Mandeville, on connaît la Fable des abeilles sur les vices privés qui produisent de la vertu publique – celle de produire de la richesse en l’occurrence. Dans un bref texte, oublié, de Mandeville, Recherches sur les origines de la vertu morale, Dany-Robert Dufour a trouvé encore mieux : «Il faut confier le destin du monde aux pervers», dont le titre de son livre donne une traduction osée mais somme toute assez juste. Il y voit la maxime fondamentale, le «logiciel caché» du capitalisme et d’un art de gouverner que n’aurait peut-être pas renié Machiavel (à moins qu’il n’ait pas voulu franchir ce pas). Ce que Mandeville, surnommé de son vivant Man Devil (« l’homme du diable »), n’avait pas prévu, c’est que le ruissellement des richesses qui naîtrait infailliblement de sa maxime serait réservé à un tout petit nombre de privilégiés, ou ignoré de l’immense majorité des humains, et qu’il détruirait la planète, réduite à «de la merde» suite à sa transformation en richesses : «Bienvenue &

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !
Actes Sud, 2019
183 p. 18 €

Jean-Louis Schlegel

Philosophe, éditeur, sociologue des religions et traducteur, Jean-Louis Schlegel est particulièrement intéressé par les recompositions du religieux, et singulièrement de l'Eglise catholique, dans la société contemporaine. Cet intérêt concerne tous les niveaux d’intelligibilité : évolution des pratiques, de la culture, des institutions, des pouvoirs et des « puissances », du rôle et de la place du…

Dans le même numéro

Ce dossier spécial décrit l’expérience de vulnérabilité commune suscitée par l’épidémie, interroge les règles de l’exception qui lui répond et explore les différents imaginaires qu’il sollicite. À lire aussi dans ce numéro : les pressions chinoises sur la recherche, les discours de haine en ligne et un entretien avec Emma Lavigne sur le Palais de Tokyo.


✅  Les articles du dossier sont en accès libre