Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

Notes de lecture

Dans le même numéro

Étrangers à nos portes de Zygmunt Bauman

Pouvoir et exploitation de la panique morale Préface de Michel Agier. Trad. par Frédéric Joly

décembre 2020

Les deux versants de l’immigration – l’étranger qui arrive et la peur qu’il suscite – sont ainsi analysés et décortiqués avec empathie.

C’est le dernier ouvrage de Z. Bauman, mort en 2017. Livre d’actualité, puisqu’il reprend la question de l’accueil des étrangers dans les conditions très dures des années récentes (en particulier de la crise de 2015), en l’insérant dans ses réflexions antérieures sur les « vies perdues », triste facette de la « culture du déchet », et sur le « présent liquide », où les « étrangers à nos portes » sont accueillis dans une « panique morale » qui a ses raisons compréhensibles et pourtant très irrationnelles. Les deux versants de l’immigration – l’étranger qui arrive et la peur qu’il suscite – sont ainsi analysés et décortiqués avec empathie, sans s’épargner l’usage de chiffres et d’analyses sociologiques et historiques précises, mais aussi, comme toujours chez Bauman, le recours aux classiques de la philosophie (Kant, Arendt, Gadamer, Levinas…), des sciences humaines (Bakhtine, Hobsbawm, Goffman, Sennett…) et de l’anthropologie contemporaine. Détresse de l’immigré et panique des « accueillants » prennent ainsi une sorte d’épaisseur humaine rare dans les livres consacrés aux « flux migratoires ».

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !
Premier Parallèle, 2020
144 p. 13 €

Jean-Louis Schlegel

Philosophe, éditeur, sociologue des religions et traducteur, Jean-Louis Schlegel est particulièrement intéressé par les recompositions du religieux, et singulièrement de l'Eglise catholique, dans la société contemporaine. Cet intérêt concerne tous les niveaux d’intelligibilité : évolution des pratiques, de la culture, des institutions, des pouvoirs et des « puissances », du rôle et de la place du…

Dans le même numéro

Source d’inquiétude autant que de fascination, la Chine continue de représenter une énigme. Le socialisme « aux couleurs de la Chine » conjugue en effet un capitalisme sauvage avec un pouvoir centralisé dans une synthèse politique inédite. Le dossier explore le nouveau souverainisme, le pouvoir numérique, le rapport aux minorités et la gestion de l’épidémie. À lire aussi : projet de danger perpétuel, du fanatisme à la radicalité, la dissidence discrète de Marc Fumaroli, pour une philosophie de la préhistoire et la controverse Kundera.