Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

Notes de lecture

Dans le même numéro

Bien le temps d’être libre d'Elisabeth Morcellet

juil./août 2022

« Ceci n’est pas un livre, mais le billet d’entrée d’une exposition, celle du vivant », écrit Elisabeth Morcellet. Mais ce billet est conséquent, parce que le métier de vivre y est exposé au passé des années 1980 pour qu’un futur déborde, même si « la parole s’épuise à trouver un sens sur la course des jours ». Ce roman fleuve de l’ère pré-virtuelle scénarise un grand nombre de femmes qui naviguent à vue dans un labyrinthe de rencontres. Elles sont encore à l’âge où peut se permettre l’outrecuidance suprême, celle de croire que tout est possible : amour, création, liberté. Mais beaucoup de parties se perdent et bien des femmes finissent par dormir seules dans leur lit. Certes, elles ont payé de leur personne (c’est le salaire de toute vie), mais leur existence n’a rien de dérisoire et qu’importent les noms accordés à de telles femmes : gamines ou grues.

La P’tite Hélène, 2022
440 p. 25 €

Jean-Paul Gavard-Perret

Docteur en littérature,  poète, critique littéraire et critique d'art contemporain, il enseigne la communication à l’université de Savoie à Chambéry. Il est membre du Centre de Recherche Imaginaire et Création.

Dans le même numéro

Faire corps

La pandémie a été l’occasion de rééprouver la dimension incarnée de nos existences. L’expérience de la maladie, la perte des liens sensibles et des repères spatio-temporels, le questionnement sur les vaccins, ont redonné son importance à notre corporéité. Ce « retour au corps » est venu amplifier un mouvement plus ancien mais rarement interrogé : l’importance croissante du corps dans la manière dont nous nous rapportons à nous-mêmes comme sujets. Qu’il s’agisse du corps « militant » des végans ou des féministes, du corps « abusé » des victimes de viol ou d’inceste qui accèdent aujourd’hui à la parole, ou du corps « choisi » dont les évolutions en matière de bioéthique nous permettent de disposer selon des modalités profondément renouvelées, ce dossier, coordonné par Anne Dujin, explore les différentes manières dont le corps est investi aujourd’hui comme préoccupation et support d’une expression politique. À lire aussi dans ce numéro : « La guerre en Ukraine, une nouvelle crise nucléaire ? »,   « La construction de la forteresse Russie », « L’Ukraine, sa résistance par la démocratie », « La maladie du monde », et « La poétique des reliques de Michel Deguy ».