Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

Notes de lecture

Dans le même numéro

Le regard inconnu de Silvia Baron Supervielle

décembre 2020

Au-delà de toute identité close, Le Regard inconnu est le fruit d’un corps-espace débordant, un corps-étoile qui n’ignore pourtant rien de la densité de l’existence.

Le récit de Silvia Baron Supervielle n’évoque pas que des ombres dans ce livre nocturne où « les amours cèdent mais ne meurent pas ». Il existe des clairières, là où le texte, en prise avec les choses vues de la fenêtre, tient d’une ode à la vie et du désir de transformer le monde en paysage intérieur. Au-delà de toute identité close, Le Regard inconnu est le fruit d’un corps-espace débordant, un corps-étoile qui n’ignore pourtant rien de la densité de l’existence. Par des chapitres qui se terminent par un poème, une histoire parfois sensuelle prend la forme d’un road-movie entre Buenos Aires et Paris. Le texte n’est en rien des mémoires mélancoliques. Arrimé au présent, et au milieu de la fuite des jours, il ne s’agit pas seulement de « réimager » les paysages perdus, mais de guetter l’inexistence, qui « est aussi contagieuse que l’existence ». C’est ce que ressentent en effet les solitaires, qui font l’expérience du silence, ont l’impression que leur ombre les remplace et qu’ils peuvent même disparaître dans ses vacillations. L’appartement de l’auteure devient la maison de son ombre dont « la fumée s’éteint entre les doigts ». S’y perçoivent des voix, des chants : « je produirai des signes dans le ciel et la terre, sang, feu ». Au-delà des images de feu et quoique fascinée par toutes sortes de flammes et d’éclairs, la créatrice dévoile un paysage de cendre à la Juan Gris.

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !
Gallimard, 2020
112 p. 12 €

Jean-Paul Gavard-Perret

Docteur en littérature,  poète, critique littéraire et critique d'art contemporain il enseigne la communication à l’Université de Savoie à Chambéry. Il est membre du Centre de Recherche Imaginaire et Création, 

Dans le même numéro

Source d’inquiétude autant que de fascination, la Chine continue de représenter une énigme. Le socialisme « aux couleurs de la Chine » conjugue en effet un capitalisme sauvage avec un pouvoir centralisé dans une synthèse politique inédite. Le dossier explore le nouveau souverainisme, le pouvoir numérique, le rapport aux minorités et la gestion de l’épidémie. À lire aussi : projet de danger perpétuel, du fanatisme à la radicalité, la dissidence discrète de Marc Fumaroli, pour une philosophie de la préhistoire et la controverse Kundera.