Notes de lecture

Dans le même numéro

Les Élus et les damnés de Jean Frémon

mai 2019

Dans son livre, Jean Frémon montre combien il existe un désir lancinant d’écriture en peinture. La réciproque est tout aussi vraie. Tel un cantonnier de l’art, entre récit, poésie et essai, l’auteur fait sourdre du signifiant dans et hors de l’image de Louis Soutter, trop vite relégué dans l’art brut afin de s’en débarrasser car ses images dérangeaient – et dérangent encore par leur figuration violente qui ramène à l’être dans sa nudité métaphysique. Jean Frémon devient l’oscillant qui ne cesse de rebattre les cartes de Soutter, dont les images tressautent et les mots dansent. Il fait parler les masques sans masquer la parole. Ce que l’image montre ou figure, le texte le démontre, le défigure, afin de plonger dans la nuit de l’être où Soutter n’a cessé de croupir, enfermé en lui-même et dans son asile suisse. Le livre de Frémon, comme l’œuvre de Soutter, n’exhibe de l’homme que sa perte. Les dessins du Suisse ne sont les reliquaires de rien qui se cacherait derrière. L’artiste suggère sa descente aux enfers, mais reste apte à rendre les êtres absents, terrassés par leurs angoisses. Il continua à dessiner et à peindre de manière compulsive jusqu&rsquo

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !
Fata Morgana , Dessins de Louis Soutter, 2019
72 p. 13 €

Jean-Paul Gavard-Perret

Dans le même numéro

Loin d’être neutres, les entreprises technologiques de la Silicon Valley portent un véritable projet politique. Pour les auteurs de ce dossier, coordonné par Emmanuel Alloa et Jean-Baptiste Soufron, il consiste en une réinterprétation de l’idéal égalitaire, qui fait abstraction des singularités et produit de nouvelles formes d’exclusions. Ce projet favorise un capitalisme de la surveillance et son armée de travailleurs flexibles. À lire aussi dans ce numéro : perspectives, faux-semblants et idées reçues sur l’Europe, le génocide interminable des Tutsi du Rwanda et un entretien avec Joël Pommerat.