Notes de lecture

Dans le même numéro

Œuvres 1 et 2 de Victor Segalen

Édition de Christian Doumet

avril 2021

Pour beaucoup de voyageurs, la jouissance ne va pas sans angoisse, puisque les traversées interpellent les certitudes. Mais Segalen est à sa manière un découvreur. Ses œuvres, sous leurs divers genres (poésie, essai, récit), explorent des lieux et des formes, sur l’exemple de Gauguin et Rimbaud, à qui il consacre deux ouvrages. À la tentation du raffiné, il préfère l’épure du langage en scansion, précision et force. Le Tibet ou les îles tropicales concrétisent le désir du poète de toucher aux réalités cachées. Celui qui fut médecin de la Marine rêvait de prendre sa retraite afin de préparer une « édition contradictoire » de ses œuvres. Avant sa mort prématurée ne furent publiés que Les Immémoriaux, Peintures et Stèles. Christian Doumet les accompagne ici d’autres textes majeurs, avec leurs documents préparatoires. Un mystère poétique y est en germe. L’absence s’y donne comme présence absolue, au moment où l’écriture devient l’approche d’une vérité essentielle, nourrie du désir de transformer le monde en espace intérieur.

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !
Gallimard, 2020
2544 p. 125 €

Jean-Paul Gavard-Perret

Docteur en littérature,  poète, critique littéraire et critique d'art contemporain il enseigne la communication à l’Université de Savoie à Chambéry. Il est membre du Centre de Recherche Imaginaire et Création, 

Dans le même numéro

Les difficultés rencontrées pendant la gestion de l’épidémie de Covid-19 ont remis en lumière le rapport paradoxal que la France entretient avec son État. Parce qu’il est censé décider de tout, il est le recours vers lequel tous se tournent en situation de crise, en même temps qu’il concentre l’essentiel des critiques. Au-delà de la crise sanitaire, la question d’un juste partage des responsabilités entre l’État et d’autres acteurs - les collectivités territoriales, les citoyens, les syndicats ou les entreprises- pour construire un horizon d’action commun se pose. Alors même que la pandémie marque le retour en grâce de l’action publique, comment changer concrètement la figure de l’État pour apaiser sa relation avec la société et lui permettre de répondre aux aspirations contemporaines en matière d’écologie et de justice sociale ? C’est à cette question que s’attache ce dossier, coordonné par Lucile Schmid.