Notes de lecture

Dans le même numéro

Le conteur, la nuit et le panier de Patrick Chamoiseau

septembre 2021

« Rien ne délivre jamais que l’obscurité du dire. » (Aimé Césaire)

Si Patrick Chamoiseau a déjà conté en détail ses origines martiniquaises1, il lui restait à s’interroger sur ce qui fonde sa démarche d’écrivain. Le Conteur, la nuit et le panier est à la fois une tentative d’approche anthropologique de sa propre écriture et, au-delà de son cas personnel, l’ébauche d’une esthétique littéraire.

Le livre est parfois déroutant par son écriture. Des formules lapidaires scandent la progression de la pensée : « L’Écrire c’est du vivre […] c’est une inconscience striée d’humilité lucide et de prétention folle […] c’est l’innombrable solitude d’un vivre-avec […] c’est aussi cela : danser tout bonnement. » Autant de formules exprimant d’abord la subjectivité d’un auteur dont les premières expériences furent celles d’une culture orale, véhiculée par la langue créole, et qui se penche, rétrospectivement, sur les récits produits en cette langue orale, sur son « oraliture ».

D’où la figure première du conteur, d’autant plus fascinante pour Chamoiseau, né en 1953, qu’il n’en connut, de son propre aveu, que des incarnations déjà abâtardies. L’auteur de Texaco (prix Goncourt 1992) s’est donc livré à une enquête de type anthropologique sur un sujet déjà à moitié disparu, mais qui demeur

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !
Seuil, 2021
272 p. 19 €

Michel Herland

Michel Herland est professeur des universités, aux Antilles, en Guyane et Martinique. Il dirige le journal en ligne Mondes francophones. Il est l’auteur du livre La Mutine, Andersen, 2018

Dans le même numéro

La question du logement nous concerne tous, mais elle peine à s’inscrire dans le débat public. Pourtant, avant même la crise sanitaire, le mouvement des Gilets jaunes avait montré qu’elle cristallisait de nombreuses préoccupations. Les transformations à l’œuvre dans le secteur du logement, comme nos représentations de l’habitat, font ainsi écho à nombre de défis contemporains : l’accueil des migrants, la transition écologique, les jeux du marché, la place de l’État, la solidarité et la ségrégation… Ce dossier, coordonné par Julien Leplaideur, éclaire les dynamiques du secteur pour mieux comprendre les tensions sociales actuelles, mais aussi nos envies de vivre autrement. À lire aussi dans ce numéro : le piège de l’identité, la naissance du témoin moderne, Castoriadis fonctionnaire, le libéralisme introuvable, un nouveau Mounier et Jaccottet sur les pas d’Orphée.