Portrait d'Antonín J. Liehm, archives personnelles JdP. [DR]
Flux d'actualités

Un parcours tchécoslovaque jusqu’au Printemps de Prague

Rencontre avec Antonín J. Liehm

dcembre 2020

L’écrivain et journaliste Antonín Liehm est décédé à Prague le 4 décembre 2020, à l’âge de 96 ans. Figure européenne et grand témoin du XXe siècle, critique littéraire et cinématographique, fondateur de la revue Lettre internationale, il mettait la culture au centre de la vie sociale et politique. L’historien Antoine Marès l’a interviewé en 1997. Dans cet entretien inédit, Antonín Liehm revient sur son parcours et ses engagements.

Antonín Jaroslav Liehm, AJL ou Tonda, comme l’appelaient ses intimes, a survécu à la plupart de ses contemporains. Cela explique peut-être que, même en République tchèque où il était rentré en 2013, sa disparition n’ait pas été remarquée comme elle aurait pu l’être. Être né en 1924 sous la Première république tchécoslovaque fondée en 1918, rognée en 1938, détruite en 1939, occupée pendant six ans jusqu’en mai 1945, perdue pour la démocratie libérale lors du coup de force du 25 février 1948, puis envahie par les troupes du Pacte de Varsovie le 21 août 1968 avant une nouvelle occupation de vingt années, c’était être aux premières loges des convulsions de l’Europe au XXe siècle, dans un pays à la fois sismographe et laboratoire du Vieux Continent.

Antonín Liehm a traversé ces décennies en s’engageant. Quand je suis venu l’interviewer le 12 septembre 1997, je cherchais surtout à comprendre sa trajectoire et ses motivations ainsi que son rapport au communisme. Cela passait par ce qu’il avait vécu comme enfant et comme adolescent. Il s’était trouvé très tôt en contact avec la fine fleur de l’intelligentsia de gauch

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !