Flux d'actualités

À l’Opéra Bastille, Moses und Aron, de Schönberg, dissèque magistralement la crise du religieux

octobre 2015

#Divers

Moses (Thomas Johannes Mayer) et le Buisson-Ardent. En arrière-plan le futur Veau d’or (le taureau Easy Rider).

Moïse est d’actualité à Paris. Peut-être pourrions-nous y voir comme une nécessité de reprendre, à partir de cette figure biblique, la question du rapport d’une société à la transcendance au moment où, c’est le moins qu’on puisse dire, la crise du religieux (effondrement d’un côté, résurgence paroxystique de l’autre) est l’un des problèmes les plus brûlants de notre époque. Après le prix Goncourt de l’essai attribué à Moïse fragile, de Jean-Christophe Attias, au moment où le Musée d’art et d’histoire du judaïsme lui consacre l’exposition « Figures d’un Prophète » jusqu’au 21 f&eacut

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !