Jocelyne Saab sur le tournage de Le Sahara n'est pas à vendre en 1976 (© Collection d'Artiste-Nessim Ricardou)
Flux d'actualités

Jocelyne Saab : une vie d’images contre la tourmente du monde

Les images de Jocelyne Saab sont indispensables pour comprendre les déchirures du monde, et la vie qui surgit malgré tout des ruines de l’innocence.

L’œuvre effrénée et généreuse de Jocelyne Saab est à l’image de sa créatrice. Cinéaste et artiste libanaise, ancienne reporter de guerre, Jocelyne Saab est décédée le 7 janvier 2019 des suites d’une longue et périlleuse maladie. Elle laisse derrière elle plus de quarante films dont l’importance historique n’a d’égale que l’intelligence des formes qu’ils proposent. La plupart sont des documentaires, bien qu’elle ait réalisé quatre fictions et qu’elle se soit progressivement tournée vers les arts plastiques.

La carrière de Jocelyne Saab est une boule de feu. Engagée dès vingt-cinq ans à la télévision française après un diplôme en économie et une courte carrière de pigiste à la radio et à la télévision libanaises, elle est envoyée sur le front pour couvrir les guerres moyen-orientales de 1973. Arabophone, elle avait d’abord été envoyée en Libye en tant qu’interprète pour interroger Kadhafi. C’est par hasard qu’elle dut endosser le rôle de réalisatrice, le visa du réalisateur français qui devait les accompagner n’ayant pas été délivré à temps. Son aplomb devant le Gui

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !