Flux d'actualités

L'Afghanistan après l'OTAN

avril 2014

#Divers

Dès le soir du vote, l’OTAN se félicitait, par la voix de son secrétaire général M. Fogh Rasmussen, des conditions et de la participation électorale (50%) lors du premier tour des élections présidentielles et provinciales en Afghanistan le 5 avril 2014. Les résultats seront connus entre fin avril et mi-mai. Cependant, réduire l’avenir politique de l’Afghanistan à ce satisfecit constitue une tartufferie, ou un tour de prestidigitation.

 

Pour des raisons de forme d’abord. Dans un pays dont le décompte même de la population donne des écarts qui varient de 27 à 35 millions d’habitants, la plus grande circonspection est de mise à l’égard des statistiques. A ces approximations, il faut ajouter les risques de corruption. Endémique en Afghanistan, elle revêt une déclinaison concrète, dès lors que le nombre de cartes d’électeurs mises en circulation excède de plusieurs centaines de milliers celui du nombre théorique de votants.

 

C’est surtout la permanence des constats qui conduit à se méfier des opérations de marketing politique dont l’OTAN a fait une prat

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !