Dans le même numéro

Le « moment 1914 » en philosophie : France-Allemagne (entretien)

novembre 2014

#Divers

Que se passe-t-il en philosophie au tournant de 1914, en France et en Allemagne ? Il existe des questions communes, des influences, des inspirations – importance de l’ œuvre de Bergson en Allemagne – qui seront brisées par la guerre. Les philosophes, loin d’être capables d’adopter une distance critique, ont bien souvent reproduit dans la pensée les nationalismes de la politique.

Esprit – Les relations intellectuelles entre la France et l’Allemagne héritent, au tournant du siècle, des ambiguïtés du thème de la « réforme intellectuelle et morale », mélange d’admiration et d’esprit de revanche, qui s’impose en France dans le monde littéraire et universitaire après la défaite de 1870. D’une part, le risque de fermeture et d’identification d’une philosophie particulière avec un projet national (République et positivisme en France, kantisme et néo - kantisme en Allemagne), mobilisable dans la perspective d’une rivalité et même d’un conflit militaire, est réel. Pourtant, d’autre part, des échanges intellectuels se repèrent, des lectures, des traductions, des influences, peut-être, dans les deux sens. Ouverture ou rivalité : quelle tendance domine selon vous ?

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

AGARD Olivier

Frédéric Worms

Philosophe, spécialiste de l’œuvre de Bergson (Bergson ou Les deux sens de la vie, 2004), il a aussi développé une hypothèse générale d'histoire de la philosophie (la notion de « moment ») appliquée notamment à la philosophie française du XX° siècle (La philosophie en France au XXe siècle – Moments, 2009). Il étudie également les relations vitales et morales entre les hommes, de la métaphysique à…

Dans le même numéro

Omniprésence des chiffres, absence de représentation

Le défaut d'accompagnement

Le travail introuvable

Un trou noir de la fiction