Dans le même numéro

La puissance culturelle de la constitution américaine

novembre 2006

#Divers

Le 7 novembre prochain auront lieu aux États-Unis les élections de mi-mandat (mid term elections) au cours desquelles seront renouvelés la totalité des sièges à la chambre des représentants et un tiers des sièges sénatoriaux. L’enjeu est de taille pour l’administration actuelle, car les mid terms sont traditionnellement un test de la popularité d’un président auprès de son électorat, si bien que George W. Bush a même écourté ses vacances à Crawford pour s’engager dans la campagne. Comme dans toute démocratie, c’est la constitution qui, aux États-Unis, établit la durée de la législature, donc le fonctionnement des élections ; en l’occurrence, c’est l’article I, consacré au fonctionnement et aux compétences du Congrès, qui met en place le principe des élections de mi-mandat.

Cependant, la constitution américaine (et ses amendements, en particulier les dix premiers qui constituent le Bill of Rights) ne dessine pas simplement le cadre institutionnel, elle est bien souvent au cœur des débats électoraux, par exemple autour de la question des libertés civiles (Hamdan vs Rumsfeld, arrêté de la cour suprême du 29 juin 2006 invalidant les tribunaux d’exception) ou de la séparation des Églises et de l’Ét

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Alice Béja

Maîtresse de conférences à Sciences Po Lille, chercheuse au CERAPS-CNRS, Alice Béja est spécialiste de l’histoire culturelle et politique des Etats-Unis. Elle travaille sur les mouvements protestataires américains de la fin du XIXe et du premier XXe siècle ainsi que sur leurs représentations littéraires. Ancienne rédactrice en chef de la revue Esprit, elle a notamment publié Des mots pour se

Dans le même numéro

Londres, Paris, Beyrouth, Dubaï :
des stratégies économiques et urbaines
La gauche doit-elle craindre la mondialisation ?
Europe : un territoire, des frontières, un horizon