Dans le même numéro

Une nouvelle gauche internationale ?

Que fait un jeune Américain sur le pavé parisien en 68 ? À la recherche d’un discours politique capable de dépasser l’invocation des droits civiques, l’auteur découvre, à l’occasion d’un tour d’Europe qui le conduit de Londres à Prague, une gauche internationale qui se cherche entre critique du marxisme et nouvelles formes de mobilisation.

J’ai débarqué à Paris au cours de l’été 1966 pour apprendre la révolution ou, du moins, la théorie marxiste qui s’identifiait alors à elle. Pour éclairer une telle décision, il faut considérer la culture politique, en ce milieu des années soixante, d’un jeune américain qui avait participé au mouvement des droits civiques et qui militait contre la guerre au Viêt Nam. Nous avions l’impression que si nos manifestations et nos protestations contre des injustices criantes n’étaient pas entendues c’était parce qu’il nous manquait le vocabulaire qui permettrait une transformation radicale du système libéral. Nous avions utilisé le langage libéral contre le système libéral mais cela semblait plutôt avoir renforcé l’emprise de celui-ci sur les esprits.

Pourquoi la France ? Elle incarnait, bien sûr, l

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Dick Howard

Professeur de sciences politiques aux Etats-Unis, il connaît bien l'Allemagne et la France, d'où un travail de médiation philosophique entre les trois pays, qui porte notamment sur les héritages du marxismes entre l'Europe et l'Amérique, mais aussi les débats et les malentendus transatlantiques. Il a notamment publié en Français, Aux Origines de la pensée politique américaine, Paris,…

Dans le même numéro

Parcours personnels à travers les mobilisations
Les sciences humaines et les mutations du savoir
Fins de cycle du roman national et blocage français