Dans le même numéro

Pour une loi sur la procréation médicalement assistée

par

Esprit

L’examen d’un projet de loi ouvrant la procréation médicalement assistée (Pma) aux couples de femmes ou aux femmes célibataires est prévu pour début 2019. Mais les sujets de bioéthique divisent plus que d’autres. La crainte d’un scénario similaire à celui du mariage pour tous en 2012-2013 est là. D’ailleurs les adversaires de la pma ont interprété le discours d’Emmanuel Macron aux Bernardins comme une tentative pour désarmer d’avance leur opposition.

Au profane de bonne volonté qui cherche à se faire une opinion, chaque camp apporte son lot d’arguments crédibles et convaincants, ou à ­l’inverse légers et décevants. Aux extrêmes : ceux qui considèrent une loi instituant une famille sans père comme un désastre et ses promoteurs comme porteurs d’une responsabilité fatale pour le futur. Sur le bord opposé, ceux qui banalisent cette décision, et considèrent ce refus comme une discrimination fondée sur le sexe biologique. Ils voient dans ces possibilités de procréation et de filiation une manière nouvelle de faire famille et se réjouissent que l’ancienne formule – un père et une mère avec des enfants qu’ils ont conçus

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Esprit

Dans le même numéro

Si l’affaiblissement de la base sociale du christianisme en Europe est indéniable, selon le dossier coordonné par Jean-Louis Schlegel, la sécularisation transforme la foi et l’appartenance religieuse en choix personnels et maintient une culture d’origine chrétienne et une quête de sens, particulièrement sensibles dans la création littéraire. A lire aussi dans ce numéro : une défense d’Avital Ronell, un récit de voyage en Iran et des commentaires de l’actualité politique et culturelle.