"Et M. Bienvenu-Martin continue toujours avec beaucoup de Briand son opération chirurgicale." Charles Lucien Léandre, Le Rire, 20 mai 1905
Dans le même numéro

Le discours des Bernardins

Qu’a fait d’autre Emmanuel Macron, le soir du 9 avril 2018 aux Bernardins, qu’une traduction de la sagesse, de l’engagement et de la liberté du chrétien dans et pour l’Etat ?

Jean-Louis Schlegel

De l’avis général, le président de la République a fait un discours remarquable, le lundi 9 avril, devant les évêques de France et leurs invités, sur les liens entre la République et l’Église. Cela se passait aux ­Bernardins­, un ancien collège cistercien magnifiquement rénové, qui semble devenir pour l’Église le haut lieu de ses rencontres solennelles (Benoît xvi y avait tenu son discours devant les intellectuels en septembre 2008).

Pourquoi cette rencontre ? Les présidents vont aux dîners annuels du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif) ; ils rencontrent les musulmans lors de la rupture du jeûne durant le Ramadan ; Emmanuel Macron a reçu récemment les protestants pour le 500e anniversaire de la Réforme luthérienne… Il était presque inévitable que les catholiques – représentés par la Conférence épiscopale de France – l’invitent à leur tour. D’autant plus qu’ils sont confrontés à une difficulté : ils sont en voie de devenir ou sont déjà à leur tour une minorité religieuse parmi d’autres, et cette récession ne va pas sans dou

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Jean-Louis Schlegel

Philosophe, éditeur, sociologue des religions et traducteur, Jean-Louis Schlegel est particulièrement intéressé par les recompositions du religieux, et singulièrement de l'Eglise catholique, dans la société contemporaine. Cet intérêt concerne tous les niveaux d’intelligibilité : évolution des pratiques, de la culture, des institutions, des pouvoirs et des « puissances », du rôle et de la place du…

Dans le même numéro

Nous sommes les témoins du retour de la clôture politique (fascismes, racismes, exclusions) et d’un discours qui réduit la société ouverte au marché. Dans ce contexte, il est urgent de relancer l’ouverture réelle, comme y invitent Camille Riquier et Frédéric Worms après Bergson, ainsi que les auteurs d’un riche abécédaire critique.