Photo : Nico Roicke
Dans le même numéro

Chez soi dans l’Europe

À la recherche d’une citoyenneté européenne

janv./févr. 2020

C’est plutôt à une interrogation individuelle, à distance des discours émotionnels, qu’il faut inviter chacun, et en particulier parmi ceux qui sont enracinés, afin qu’il parvienne de lui-même à la conclusion qu’il a intérêt à accorder son consentement et à déléguer son pouvoir à un toit commun qui le reconnaît et le protège.

Les élections européennes de mai 2019 ont vu un rebond de la ­participation[1] et une nouvelle Commission, présidée pour la première fois par une femme, Ursula von der Leyen, s’est installée à Bruxelles après que le Parlement a fait valoir ses droits dans les choix des commissaires européens. On peut choisir d’y reconnaître les signes d’une démocratie transnationale stabilisée qui embrasse la modernité. Cependant, pendant les débats qui ont précédé le scrutin, il est apparu de manière toujours plus tranchée que même après soixante ans d’existence, la légitimité politique de l’Union européenne est remise en cause à chaque crise ou à chaque échéance électorale. À dire vrai, malgré des efforts récents, l’Union européenne ne parvient pas à banaliser sa raison d’être. Les causes en sont nombreuses mais l’une d’entre elles, pour ne pas dire la plus fondamentale, n’est-elle pas que la citoyenneté de cette démocratie à plusieurs peuples ne trouve toujours pas son assise politique ? Même si l’électeur européen commence à intégrer l’enjeu du scrutin, les ressorts d’une c

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Fabrice Demarigny

Fabrice Demarigny est docteur en science politique et spécialiste des marchés financiers.

Dans le même numéro

L'universel est à nouveau en débat : attaqué par les uns parce qu'il ne serait que le masque d'une prétention hégémonique de l'Occident, il est défendu avec la dernière intransigeance par les autres, au risque d'ignorer la pluralité des histoires et des expériences. Ce dossier, coordonné par Anne Dujin et Anne Lafont, fait le pari que les transformations de l'universel pourront fonder un consensus durable : elles témoignent en effet de l'émergence de nouvelles voix, notamment dans la création artistique et les mondes noirs, qui ne renoncent ni au particulier ni à l'universel. À lire aussi dans ce numéro : la citoyenneté européenne, les capacités d'agir à l'ère numérique, ainsi que les tourmentes laïques, religieuses, écologiques et politiques.