Dans le même numéro

Entre économie de marché et économie administrée. La politique du cinéma en question

La politique du cinéma en question

Les transformations rapides qui affectent l’économie de la culture avec le développement du numérique mettent à mal la notion française d’« exception culturelle ». Les dispositifs complexes de soutien à la création, comme le montre ici l’auteur à propos du cinéma, se révèlent moins efficaces, ce qui suppose de réviser les modes d’intervention de l’État.

[...] La culture est vouée à osciller en permanence entre la sphère non marchande et la sphère marchande, tant les occasions de porosité entre les deux champs sont grandes et fréquentes. Les arguments économiques qui président à l’intervention publique portent sur les défaillances des marchés, les externalités, les asymétries d’information. Ils reposent aussi sur la nature spécifique des biens. Biens singuliers, prototypiques, souvent uniques, les biens culturels sont soumis à une incertitude d’autant plus forte qu’ils ne peuvent faire l’objet d’achats répétés. Chaque livre, chaque film diffère des autres, et les achats se portent sur des titres tous différents. C’est la propriété d’infinie diversité de l’offre, qui, jointe à celle du « on ne sait jamais �

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Françoise Benhamou

Ses travaux sur l’économie de la culture donnent un regard aigu et très informé sur les secteurs de l’édition (voir notre numéro spécial « Malaise dans l’édition », juin 2003), du cinéma et du numérique. Cette connaissance des mécanismes économiques nourrit aussi son analyse critique de la politique culturelle française, en ce qui concerne aussi bien les musées, la démocratisation des publics que…

Dans le même numéro

La France face à ses musulmans :
émeutes, jihadisme et dépolitisation
Représentation politique : une comparaison américaine
Où va la justice pénale des mineurs ?