Dans le même numéro

Approcher du plus inapprochable. Le moment du vivant (IV)

décembre 2009

#Divers

Le moment du vivant (IV)

Il faut surmonter le mouvement de recul suscité par le titre donné en français au dernier ouvrage d’Imre Kertesz : l’Holocauste comme culture1. Il ne faut pas le faire, en outre, en se défaussant sur l’éditeur. Certes, le titre de l’original en allemand était tout autre, plus beau, et surtout moins contestable ou choquant : Die exilierte Sprache (la Langue en exil). Mais on ne s’en tirera pas si facilement. Ce sont bien l’une et l’autre formules, en effet, qui sont de l’auteur : ce sont les titres respectifs de deux des chapitres les plus importants de ce recueil. Il faut donc aller plus loin. Il faut comprendre ce que veut dire Kertesz en parlant de « l’holocauste comme culture ». Plus précisément, sans se fixer d’emblée sur l’un ou l’autre des deux mots, il faut comprendre la tension extrême entre ces deux termes, qui peut seule donner son sens à cette formule mais qui, surtout, nous renvoie en réalité à une tension que chacun de nous, et l’époque, ressent (de bien des manières, et qu’on le veuille ou non) comme la sienne. Car c’est bien de cela qu’il s’agit. Le recul que l’on vient d’évoquer, mais aussi l’« ap

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Frédéric Worms

Philosophe, spécialiste de l’œuvre de Bergson (Bergson ou Les deux sens de la vie, 2004), il a aussi développé une hypothèse générale d'histoire de la philosophie (la notion de « moment ») appliquée notamment à la philosophie française du XX° siècle (La philosophie en France au XXe siècle – Moments, 2009). Il étudie également les relations vitales et morales entre les hommes, de la métaphysique à…

Dans le même numéro

Autour de Copenhague, l'impératif écologique
Changer les comportements : une utopie ?
La fin du productivisme et le déphasage de la gauche
Eco-métropole et ville durable, un nouvel urbanisme ?