Christelle Téa
Dans le même numéro

Musées dessinés

Exposition de Christelle Téa, jusqu’au 21 juin 2020, au musée Cognacq-Jay (Paris)

Les Musées dessinés de Christelle Téa sont une promenade curieuse et intimiste, à rebours des galopades touristiques. Loin de nous extraire du temps présent pourtant, ses dessins en noir et blanc en proposent un miroir poreux, comme un arrêt sur image subtilement effleuré. Ils le transposent pour nous en une expérience épurée, à l’image de sa technique, réduite au minimum : encre de Chine et papier Canson blanc, sur format 65×50 cm. Annick Lemoine a ouvert les portes du petit musée parisien qu’elle dirige, le musée Cognacq-Jay, à cette jeune artiste de 31 ans pendant l’automne 2019, puis lui a proposé d’étendre l’exploration aux quatorze musées de la ville de Paris réunis sous l’égide de Paris Musées. Pas de chichis, pas de codes d’entrée, la visite graphique procède du voyage, d’un aller-retour entre le familier et l’inconnu, au pas lent qui fait des petits riens toute la saveur de l’aventure.

Les points de vue choisis sont un premier effet de surprise. En effet, aller au musée avec Christelle Téa, ce n’est pas entrer dans un lieu de savoir ou de contemplation, mais pénétrer dans un espace d’étrangeté. Regarder les tapis, les escaliers, les spots au plafond, au moins autant, s

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Hélène Mugnier

Hélène Mugnier est historienne de l’art de formation. Elle est diplômée de l’école du Louvre, et conférencière du ministère de la Culture. Pionnière du management par l’art, elle a créé et dirigé pendant quatre ans l’agence de communication par l’art, Artissimo. Depuis 2005, elle est consultante en profession libérale avec son cabinet de conseil auprès des entreprises, HCM Art & Management.…

Dans le même numéro

Le dossier, coordonné par Bernard Perret, regrette que la prise de conscience de la crise écologique ait si peu d’effet encore sur la science et les réalités économiques. C’est tout notre cadre de pensée qu’il faudrait remettre en chantier, si l’on veut que l’économie devienne soutenable. À lire aussi dans ce numéro : survivre à Auschwitz, vivre avec Alzheimer, le Hirak algérien, le jeu dangereux entre l’Iran et les États-Unis et un entretien avec les réalisateurs de Pour Sama.