Dans le même numéro

La prose, la poésie, à fronts renversés. Poèmes présentés par Jacques Darras

octobre 2015

#Divers

La prose, la poésie, à fronts renversés

Cela commence par une phrase extraite du Livre des recels1, cueillie au bas d’une des confessions autobiographiques qui scandent le parcours du livre. L’auteur y alterne ainsi que faisaient, rappelle-t-elle, les vidas et cantos des troubadours, des considérations sur ses voyages et exils successifs. La phrase qui nous intéresse est la suivante :

Si une œuvre est capable d’inciter à penser autrement, elle est neuve, moderne. Sa force vient plus que du sens, de la forme elle-même, n’en déplaise aux tenants d’un art d’engagement, d’une idéologie qui prime sur l’esthétique.

Il faudrait s’avancer sur le terrain miné de la modernité : il y aurait beaucoup à dire, et d’autant plus quand on est femme. Retardonsen l’astreinte.

En ces quelques phrases apparemment simples, Marie Étienne exprime sa conscience aiguë des problèmes de la modernité, à savoir l’opposition de la forme et du sens, de l’esthétique et de l’engagement, tout

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Jacques Darras

Poète, essayiste et traducteur français, Jacques Darras est né en Picardie maritime dans les régions du Marquenterre et du Ponthieu (Bernay-en-Ponthieu). Fils d’un couple d’instituteurs il fréquente le Lycée d’Abbeville puis est élève d’hypokhâgne et khâgne au lycée Henri IV à Paris. Il est admis à l’ENS rue d’Ulm en 1960, hésite sur quelle voie suivre, lettres classiques ou philosophie,…

Dans le même numéro

Les discours de haine en démocratie

La dignité des personnes contre la liberté d'expression

Les extrémismes au tribunal