Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

Tous les portraits

Jacques Darras


Poète, essayiste et traducteur français, Jacques Darras est né en Picardie maritime dans les régions du Marquenterre et du Ponthieu (Bernay-en-Ponthieu). Fils d’un couple d’instituteurs il fréquente le Lycée d’Abbeville puis est élève d’hypokhâgne et khâgne au lycée Henri IV à Paris. Il est admis à l’ENS rue d’Ulm en 1960, hésite sur quelle voie suivre, lettres classiques ou philosophie, s’expatrie à Edinburgh en Écosse où il est lecteur et finalement réussit l’agrégation d’anglais en 1966. Nommé au Lycée Grandmont de Tours au sortir du service militaire (École Militaire) il devient assistant à la toute nouvelle Université de Picardie où il fera toute sa carrière jusqu’en 2005. Professeur en 1978 avec une thèse sur « Joseph Conrad et les signes de l’Empire », doyen de Faculté de 1984 à 1999, il crée plusieurs masters et départements de langue dont l’hébreu, l’arabe, le chinois, le néerlandais, le polonais etc…Parallèlement il s’engage dans la vie locale et régionale en lançant une revue littéraire in’hui (près de 70 numéros aujourd’hui) relayée par la Maison de la Culture d’Amiens en 1985 puis éditée à Bruxelles (le Cri) à partir de 1993. Il y publie la poésie étrangère sous forme d’anthologies (Allemagne, Russie, Etats-Unis, Espagne) et la poésie nationale accompagnée d’une réflexion prosodique (le sonnet, le vers libre, l’épopée etc…).

Il se lance entre-temps dans une aventure poétique prenant rythme et réflexion dans un cours d’eau des côtes de la Manche, la Maye, qui se jette dans la Baie de Somme. Il publie le volume inaugural La Maye I en 1988 aux éditions in’hui/3 cailloux (qu’il a fondées à la MCA d’Amiens). Puis La Maye II ou Petit affluent de la Maye en 1993 aux éditions Le Cri à Bruxelles. Il a ajouté depuis cinq autres volumes dont La Maye III ou L’embouchure de la Maye dans les vagues de la manche (le Cri, Bruxelles, 2001) La Maye IV. Van Eyck et les rivières (Le Cri, 1996) La Maye V. Vous n’avez pas le vertige (L’Arbalète/ Gallimard 2004) La Maye VI. Tout à coup je ne suis plus seul (L’Arbalète/Gallimard 2006). La Maye VII. La Maye réfléchit (Le Cri, 2009). Tout en composant le huitème et ultime volume Le Chœur maritime de la Maye, il procède au remaniement des volumes précédents. Il compose également un volume de sonnets Petite Somme sonnante (Mihaly, 1999). Parallèlement à la poésie il publie plusieurs essais dont les trois plus récents Nous sommes tous des romantiques allemands. De Dante à Whitman en passant par Iena (Calmann-Lévy, 2002) Nous ne sommes pas faits pour la mort (Stock 2006) Les îles gardent l’horizon (Hermann 2008)

À Paris en 1998 il fonde avec André Parinaud le mensuel de poésie « Aujourd’hui poème ». Il inaugure un cycle de lectures avec le comédien Jacques Bonnaffé. Il lit dans de nombreux festivals à l’étranger (Etats-Unis, Mexique, Italie, Espagne, Syrie, Tunisie, Russie, Allemagne, Belgique, Pays-Bas, République tchèque, Portugal, Japon, Chine etc…). Il fonde en 2008 par transformation d’in’hui la revue « Inuits dans la Jungle » avec Jean Portante (éditions Phi) et Jean-Yves Reuzeau (Le Castor Astral). Il est invité en 1989 par la BBC, premier non Anglais à prononcer les Reith Lectures, pour célébrer le bicentenaire de la Révolution française (5 conférences mondialement diffusées). Il reçoit le prix Apollinaire (2004) et le prix de l’Académie française pour son œuvre (2006). Il est l’un des administrateurs du CNL, de la Maison de la Poésie de Paris (depuis 1990). Il préside le jury du Prix Ganzo de poésie. Il préside le festival Marathon des Mots de Bruxelles depuis 2009. Il a organisé dix rencontres européennes de poésie à la Maison de la Poésie de Paris en 2009. Il vient de créer le festival de Poésie d’Achères (2010).

Européen convaincu, Jacques Darras, essaie d’engager la poésie française sur la voie d’une écoute plus attentive aux autres traditions. Il travaille obstinément aux frontières (nordiques) de notre sensibilité nationale avec la volonté souvent mal comprise de rendre cette dernière plus extensiblement inclusive et surtout plus ouverte. Il se considère comme un démocrate « whitmanien » d’Europe. En tant que tel il reconnaît être en contradiction ouverte avec le grand mouvement symboliste et surréaliste (freudio-lacanien) qui conduit encore la poésie française de nos jours. Son admiration va directement à Apollinaire, Cendrars et Claudel, dont la tradition d’ouverture au monde s’est inexplicablement interrompue.

Vois son "grand entretien" pour la revue E-rea.

http://www.jacquesdarras.com

Des mêmes auteurs

Jean-Paul Michel. Le sacre par le poème ?

Jacques Darras

Jean-Paul Michel. Le sacre par le poème ?

Jacques Darras

André Velter. Renouveler le pacte avec l'invisible

Jacques Darras

Éric Sarner. La boxe, le jazz
Jean-Pierre Siméon. Une question de vers et de versants

Jacques Darras

Jean-Pierre Siméon. Une question de vers et de versants
Paul Louis Rossi. Voyageur dans la nuit

Jacques Darras

Paul Louis Rossi. Voyageur dans la nuit
Antoine Émaz. Le douloureux courage de vivre

Jacques Darras

Antoine Émaz. Le douloureux courage de vivre

Jacques Darras

Claude Adelen. Un homme en marche

Jacques Darras

Jude Stéfan. Exercices d'exorcismes

Jacques Darras

Lorand Gaspar. Une ouverture intime à la lumière

Jacques Darras

Pierre Ivart. Surréaliste picard

Jacques Darras

Pascal Commère. L’obsession de la rur(é)alité

Jacques Darras

Je est un Juif, de Charles Dobzynski

Jacques Darras

Serge Pey. Politique, corps et âme

Jacques Darras

Patrick Deville, « Taba-Taba »

Jacques Darras

Gabrielle Althen. La lente réconciliation du ciel et de la peau

Jacques Darras

Yves di Manno et Isabelle Garron, « Un nouveau monde. Poésies en France 1960-2010 »

Jacques Darras

Zéno Bianu. Une mystique du souffle

Jacques Darras

Philippe Jaccottet. La poésie au-delà des formes littéraires

Jacques Darras

Yves Bonnefoy. Une douloureuse anamnèse vers le réel

Jacques Darras

Anise Koltz. Leçon d'insoumission

Jacques Darras

Jacques Rebotier. Polyvalence du poète

Jacques Darras

William Cliff. Un maître contemporain de la prosodie française

Jacques Darras

Poésie – Jean Portante. Un réalisme magique

Jacques Darras

Denis Thouard, « Pourquoi ce poète ? Le Celan des philosophes »

Jacques Darras

Poésie – Vénus Khoury-Ghata. Une fabuliste du fantastique quotidien

Jacques Darras

Poésie – James Sacré. Élégie de notre demeure commune

Jacques Darras

Poésie – Emmanuel Hocquard. Changement d'ordre poétique

Jacques Darras

Poésie. Ludovic Janvier. Une gouaille aristocratique

Jacques Darras

Poésie. Guy Goffette : « Qui refuserait d'accorder sa parole au silence ? »

Jacques Darras

Poésie – Jean-Pierre Verheggen. Comment faire fructifier un héritage littéraire

Jacques Darras

"Hauts de France" : un désastre de marketing territorial

Jacques Darras

Dans une errance exotique et familière. Poèmes présentés par Jacques Darras

Jacques Darras

Le poème reprend terre. Poèmes de Liliane Wouters présentés par Jacques Darras

Jacques Darras

Christian Prigent: Après la poésie ?

Jacques Darras

La prose, la poésie, à fronts renversés. Poèmes présentés par Jacques Darras
Bernard Noël : une érotique transcendantale

Jacques Darras

Bernard Noël : une érotique transcendantale

Jacques Darras

Claude Ber. Résistance et lucidité. Poèmes

Jacques Darras

Dominique Fourcade. Angles neufs et bifurcations. (Poèmes)

Jacques Darras

Jacques Roubaud. Les restes d’un vertigineux « projet » ? (Poèmes)

Jacques Darras

Anne Portugal. Le travail sur les cadres. Poèmes

Jacques Darras

André Velter. « Tout est départ ». Poèmes

Jacques Darras

Valérie Rouzeau. La grâce et la gravité. Poèmes

Jacques Darras

Philippe Beck. Le choix d'une « lyre dure » (poèmes présentés par)

Jacques Darras

Ariane Dreyfus. Dire merci pour l'amour. (Poèmes présentés par)
Martin Rueff (dir.),  Michel Deguy, l’allégresse pensive

Jacques Darras

Martin Rueff (dir.), Michel Deguy, l’allégresse pensive

Jacques Darras

Fabienne Courtade. Le choix de disparaître. (Poèmes)
La fin de l’absolu poétique. La poésie française, 1950-2000

Jacques Darras

La fin de l’absolu poétique. La poésie française, 1950-2000

Jacques Darras

Enseigner les langues en Europe

Jacques Darras

Walt Whitman, poète de l'utopie américaine. (Entretien avec Jacques Darras)

Jacques Darras

L'Europe et ses langues

Jacques Darras

Florence Delay : la Séduction brève

Jacques Darras

Sortir du romantisme

Jacques Darras

Anthony Burgess : Petit Wilson et Dieu le père. Les confessions d'Anthony Burgess

Jacques Darras

"André du Bouchet : Carnet ; A. du Bouchet : Retours sur le vent ; Jean-Michel Reynard : l'Interdit de langue ou Solitudes d'André du Bouchet"

Noiret Gérard, Jacques Darras

Situation de la poésie en France

Jacques Darras

"Antonin Artaud : Histoire vécue d'Artaud-Mômo. Tête à tête ; Ghérasim Luca : la Proie s'ombre. Théâtre de bouche. Héros-limite. Paralipomènes. Le chant de la Carpe ; Bernard Noël : la Chute des temps"

Jacques Darras

Pour une autre politique de la langue

Jacques Darras

"Alain Bosquet : Demain sans moi ; Philippe Jacottet : A la lumière d'hiver suivi de Pensées sous les nuages ; Louis Zukofsky : « A » sections un à sept ; David Mus : D'un accord ou double stopping"

Jacques Darras

"André Velter : Passage en force ; Ouvrir le chant ; le Grand passage ; Ça cavale ; Sayd Bahodine Majrouh : le Suicide et le chant…"

Jacques Darras

"Gérard Noiret : Tags ; Chroniques d'inquiétude"

Jacques Darras

Comment on domestique Whitman

Jacques Darras

Le voyage en Afrique

Jacques Darras

L'éternelle jeunesse ironique des contradictions

Jacques Darras

Mon ennemi mortel (Willa Cather)

Jacques Darras

La porte d'or (Michel Le Bris)

Propos recueillis par M. Crépu, Jacques Darras, Olivier Mongin, Pierre-Yves Pétillon

…A l'ombre de l'Europe - Entretien avec Pierre-Yves Petillon

Jacques Darras

"L'Eclipse" de Gilles Quinsat

Jacques Darras

POÈMES, d'Ezra Pound Hommage à Sextus Propertius. 34 POÈMES, de D.H. Lawrence traduits et présentés par Lorand Gaspar et Sarah Clair

Jacques Darras

MR. NOON par D. H. Lawrence

Jacques Darras

L'Angleterre à contre-courant

Jacques Darras

LA VOIE ROYALE DE L'IMAGINAIRE

Jacques Darras

LA FORCE DISSIDENTE DU ROMAN

Colin Christian, Goy-Blanquet Dominique, Lavaudant Georges, Marthouret François, Mesguich Daniel, Seide Stuart, Sobel Bernard, Jacques Darras

SHAKESPEARE. Meurtres dans un jardin français

Jacques Darras

ELIOT, HEMINGWAY, HOPKINS

Jacques Darras

LETTRE DE LA DÉCENTRALISATION 2

Jacques Darras

BRUIT ET SILENCE par Théodore Francis Powys

Jacques Darras

TRADUIRE MALCOLM LOWRY. « Under the Volcano », le roman absolu. Entretien avec Jacques Darras

Jacques Darras

LETTRES DE LA DECENTRALISATION

Jacques Darras

LA MER LA MER par Iris Murdoch

Jacques Darras

LE ROMAN DE TERREUR

Jacques Darras

VOIX DAIMS LA NUIT par Frédéric Prokosch

Jacques Darras

NOTTINGHAMSHIRE par Alan Sillitoe

Jacques Darras

HENRY JAMES ET ALICE JAMES

Jacques Darras

LA NUIT DES TEMPS par Norman Mailer

Jacques Darras

CRÉER DES LEGENDES. Entretien avec Jacques Darras

Jacques Darras

TURNER, GODARD ET L'ARAPÈDE

Jacques Darras

JOURNAL DE PARIS ET D'AILLEURS, 1936-1942 par David Gascoyne

Jacques Darras

RITES DE PASSAGE par William Golding

Jacques Darras

LE COMBAT CONTRE LES MONSTRES

Jacques Darras

LE CIEL PAS D'ANGLE par Dominique Fourcade

Jacques Darras

LAURA LAUR par Suzanne Jacob

Jacques Darras

LES ENFANTS DE MINUIT par Salman Rushdie

Jacques Darras

L'HIVER DU DOYEN par Saül Bellow

Jacques Darras

95 POEMES par E.E. Cummings

Jacques Darras

ZUCKERMAN DÉLIVRÉ par Philip Roth
L’ÉTOFFE DE TOM WOLFE

Jacques Darras

L'ÉTOFFE DE TOM WOLFE

Jacques Darras

APARTHEID COTÉ BLANC

Jacques Darras

L'HÔTEL BLANC par D. M. Thomas

Jacques Darras

WILLIAM CARLOS WILLIAMS

Jacques Darras

Abdellatif Laâbi. Un fabuliste moderne