Dans le même numéro

Jean-Paul Michel. Le sacre par le poème ?

octobre 2019

#Divers

Le titre sous lequel est récemment paru un choix de poèmes de Jean-Paul Michel, «Défends-toi, Beauté violente!», a tout pour arrêter l’attention[1]. L’objurgation un brin grandiloquente lancée au lecteur éventuel, qu’on imagine perplexe devant la vitrine du libraire, la majuscule consentie comme jamais plus à la Beauté, cette abstraction que Baudelaire tutoyait avec respect en son temps, l’oxymore étrange la déclarant «violente» et, pour finir, l’invitant à combattre pour sa défense, tous ces signes semblent renvoyer à une époque antérieure à notre monde. À l’évidence, Jean-Paul Michel se veut anachronique, mettant sa déclaration doublement à distance, par recours aux guillemets comme pour une citation et par emploi d’une certaine raideur de style. D’ailleurs, le poète se cite lui-même en effet, reprenant un poème écrit en 1996, qu’il fait figurer à la fin du recueil sous une forme légèrement modulée :

Défends-toi, sublime Beauté du monde donné !

    &n

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Jacques Darras

Poète, essayiste et traducteur français, Jacques Darras est né en Picardie maritime dans les régions du Marquenterre et du Ponthieu (Bernay-en-Ponthieu). Fils d’un couple d’instituteurs il fréquente le Lycée d’Abbeville puis est élève d’hypokhâgne et khâgne au lycée Henri IV à Paris. Il est admis à l’ENS rue d’Ulm en 1960, hésite sur quelle voie suivre, lettres classiques ou philosophie,…

Dans le même numéro

À mi-mandat du quinquennat d’Emmanuel Macron, le dossier diagnostique une crise de la représentation démocratique. Il analyse le rôle des réseaux sociaux, les mutations de l’incarnation politique et les nouvelles formes de mobilisation. À lire aussi dans ce numéro : Jean-Luc Nancy sur l’Islam, Michael Walzer sur l’antisionisme et François Dubet sur la critique de la sélection.