Jean-Pierre Siméon, wikimedia
Dans le même numéro

Jean-Pierre Siméon. Une question de vers et de versants

Seize années durant, nous avons pu apprécier le travail de Jean-Pierre Siméon à la tête du Printemps des poètes. Nous l’avons vu payer de sa personne pour lancer, parrainer, soutenir tel ou tel festival de poésie, courir aux six coins de l’Hexagone pour saluer et conforter la présence de la poésie, fût-ce dans les villages les plus reculés, à tel point qu’on en finissait par oublier le poète lui-même. Rarement, sauf à l’époque des frères Breton gouvernant les éditions de Saint-Germain-des-Prés dans les années 1960, un poète s’était à ce point dévoué pour faire vivre la poésie en France, la faire rayonner sous la double tutelle des ministères de la Culture et de l’Éducation nationale. Jean-Pierre Siméon est profondément convaincu que «la poésie sauvera le monde1». Très léger désaccord entre nous : nous ne sommes pas si sûrs que la notion de « salut » soit pertinente à propos de cet art de diffusion restreinte et de cheminement mystérieux qu’est la poésie. Dépassée, à notre sens, la conception issue du romantisme hugolie

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Jacques Darras

Poète, essayiste et traducteur français, Jacques Darras est né en Picardie maritime dans les régions du Marquenterre et du Ponthieu (Bernay-en-Ponthieu). Fils d’un couple d’instituteurs il fréquente le Lycée d’Abbeville puis est élève d’hypokhâgne et khâgne au lycée Henri IV à Paris. Il est admis à l’ENS rue d’Ulm en 1960, hésite sur quelle voie suivre, lettres classiques...

Dans le même numéro

Fausses nouvelles, désinformation, théories du complot : les vérités sont bien fragiles à l’ère de la post-vérité. Les manipulations de l’information prospèrent dans un contexte de défiance envers les élites, de profusion désordonnée d’informations, d’affirmations identitaires et de puissance des plateformes numériques. Quelles sont les conséquences politiques de ce régime d’indifférence à la vérité ? Constitue-t-il une menace pour la démocratie ? Peut-on y répondre ? A lire aussi dans ce numéro : un dossier autour d’Achille Mbembe explorent la fabrication de « déchets d’hommes » aux frontières de l’Europe, des repères philosophiques pour une société post-carbone, une analyse de ce masque le consentement dans l’affaire Anna Stubblefield et des recensions de l’actualité politique, culturelle et éditoriale.

 

Pour aller plus loin, découvrez une sélection d'articles publiés dans Esprit depuis 1949 sur les liens entre Vérité et politique