Dans le même numéro

Poésie – Emmanuel Hocquard. Changement d'ordre poétique

septembre 2016

#Divers

Poésie

Emmanuel Hocquard, Changement d’ordre poétique

Pour comprendre la démarche subtile et provocante d’Emmanuel Hocquard, je ne saurais donner meilleur conseil que de lire l’imposant ouvrage qu’il a publié aux éditions P.O.L, en 2001, sous le titre énigmatique de Ma haie1. Rien de naturel ni de bucolique dans la « haie » en question. Il s’agit tout simplement du nom dont l’auteur aime à désigner son désordre.

Lequel remonte à l’enfance, nous confie-t-il (« Petit, j’étais désordonné, mais désordonné comme il n’est pas possible de l’être »), mais dont il a finalement pris son parti (« Je regarde mon désordre comme un penchant »). Car l’ordre apparent que l’adulte Hocquard semble avoir acquis depuis est, poursuit-il, un leurre.

En fait mon désordre s’est déplacé. Il est aujourd’hui caché au cœur de mon ordinateur. Il y a quelques grands dossiers : mes cours à l’École, mon courrier, ma Banque, mon Grand Frère, ma

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Jacques Darras

Poète, essayiste et traducteur français, Jacques Darras est né en Picardie maritime dans les régions du Marquenterre et du Ponthieu (Bernay-en-Ponthieu). Fils d’un couple d’instituteurs il fréquente le Lycée d’Abbeville puis est élève d’hypokhâgne et khâgne au lycée Henri IV à Paris. Il est admis à l’ENS rue d’Ulm en 1960, hésite sur quelle voie suivre, lettres classiques ou philosophie,…

Dans le même numéro

Ce dossier de rentrée est consacré à l’avenir de la gauche : non pas l’avenir électoral incertain de partis moribonds, mais le projet de société que les amis de l’égalité sont encore capables de nous faire espérer. Ce dernier doit affronter le défi de la mondialisation, à rebours du déni souverainiste et du renoncement néolibéral, en s’inspirant des dynamiques de la société civile.