Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

Couverture de "Ce matin-là", de Gaëlle Josse (Éditions Notabilia)
Dans le même numéro

Mine de rien

juil./août 2021

Gaëlle Josse raconte, avec une écriture précise et poétique, l’histoire d’un corps qui s’effondre sous la pression des tâches à accomplir. C’est l’absurdité mortifère du monde du travail, et de la quête de perfection, que le roman dévoile sans aucun volonté moralisatrice.

Ce matin-là, la voiture de Clara ne démarre pas. Ce qui est banal devient, dans la vie de la jeune femme, le début d’une chute aussi mentale que physique. Elle sera en retard au travail ; il lui faut appeler un garage, annuler des rendez-vous, prévenir son compagnon qui saura faire. Mais le corps se dérobe, le murmure d’un affaissement.

Clara est une femme moderne, une battante. Elle aime son travail dans un organisme qui « vend de l’argent », comme elle dit. Elle grimpe les échelons à coup de volonté, n’hésite pas à sacrifier ses week-ends, et ce matin-là, c’est la chute. Tout allait bien et puis, plus rien.

Au médecin, « elle raconte le trop-plein de demandes, la brutalité des injonctions, les objectifs impossibles à atteindre, […] les faux sourires pendant les réunions, les contrôles à tout moment, la froideur des mails, leurs contenus glaçants à l’écran, le téléphone de fonction qui vous poursuit le soir encore, et aussi pendant les vacances, les rivalités entretenues ou provoquées, la défiance qui s’installe, le toujours plus et le jamais assez ».

Gaëlle Josse raconte l’histoire d’un corps qui s’effondre sous les coups de boutoir de la vie en entreprise.

Elle s’est laissé étrangler. Gaëlle Josse raconte l’histoire d’un corps qui s’effondre sous les coups de boutoir de la vie en entreprise, de la pression subie et d’une existence qui se résume, sans crier gare, aux tâches à accomplir. Son ami la q

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Jacques-Yves Bellay

Essayiste et romancier, il a récemment publié La Dame de Galway et Le Dictionnaire impertinent de Saint-Malo (Yellow Concept, 2019).

Dans le même numéro

Nos attentes à l’égard de la littérature ont changé. Autant qu’une expérience esthétique, nous y cherchons aujourd’hui des ressources pour comprendre le monde contemporain, voire le transformer. En témoigne l’importance prise par les enjeux d’écologie, de féminisme ou de dénonciation des inégalités dans la littérature de ce début du XXIe siècle, qui prend des formes renouvelées : le « roman à thèse » laisse volontiers place à une littérature de témoignage ou d’enquête. Ce dossier, coordonné par Anne Dujin et Alexandre Gefen, explore cette réarticulation de la littérature avec les questions morales et politiques, qui interroge à la fois le statut de l’écrivain aujourd’hui, les frontières de la littérature, la manière dont nous en jugeons et ce que nous en attendons. Avec des textes de Felwine Sarr, Gisèle Sapiro, Jean-Claude Pinson, Alice Zeniter, François Bon.