Dans le même numéro

Pourquoi la droite s’impose-t-elle en Europe?

En Italie, le centre gauche a perdu face à l’opposition menée par Silvio Berlusconi à l’issue d’élections législatives anticipées convoquées à la suite d’une crise gouvernementale moins de dix-huit mois après le début de la législature. Le Peuple de la Liberté, le cartel électoral formé par Forza Italia et l’Alliance nationale qui devraient se transformer en un seul parti en 2009, et par la Ligue Nord qui a fortement progressé, l’a largement emporté (47,3 % des suffrages contre 38 % pour le Parti démocratique emmené par Walter Veltroni allié à l’Italie des valeurs de l’ancien juge Di Pietro). À la surprise générale, Silvio Berlusconi et les siens ont obtenu une large majorité parlementaire. Ce net succès de la droite a des explications spécifiques. En 2006, l’Unione de Romano Prodi ne l’avait emporté que de peu et, depuis lors, la moitié du pays rejetait le gouvernement. La politique menée par son gouvernement a déçu rapidement à gauche comme chez les modérés, les électeurs des couches populaires, les catégories intellectuelles et les salariés du privé. Les divisions incessantes entre les diverses composantes de la majorité ont affaibli l’exécutif et miné sa crédibilité.

Plus profondément surtout, la

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Marc Lazar

Spécialiste des gauches et de la vie politique italienne, il enseigne l'histoire et la sociologie à Sciences Po. Il est directeur du Centre d'histoire de Sciences Po depuis 2014. 

Dans le même numéro

Le sentiment d'accélération de l'histoire
Changement technique : peut-on ralentir ?
Tyrannie du présent et dévalorisation de l'avenir