Dans le même numéro

Introduction. Sécurité et terrorisme : un défi pour la démocratie

La succession rapide des attentats terroristes menés dans les transports en commun de Bombay le 12 juillet 2006 puis l’embrasement du front israélo-libanais le 13 juillet rappellent toute la difficulté de cerner d’une seule formule synthétique les menaces de déstabilisation des relations internationales. Intervenant après le feuilleton à rebondissements du nucléaire iranien et les tirs d’essai de missiles nord-coréens le 5 juillet, qui mobilisent les efforts de la diplomatie internationale, l’action terroriste et la confrontation militaire à la frontière du Liban illustrent un « retour à la géopolitique1 » après plusieurs années au cours desquelles l’ensemble des relations internationales semblait organisé par le thème américain de la « guerre contre le terrorisme ». Si l’attentat de Bombay témoigne, par ses modalités pratiques, de la diffusion d’un type d’action terroriste qu’on a vu à l’œuvre à Madrid, Londres, Casablanca, Charm-el-cheikh, Bali... dans les suites de l’effondrement des tours jumelles de New York, les autres lieux de tension rappellent pour leur part le maintien des crises anciennes, comme le conflit du Proche-Orient. Avec la tension nord-coréenne et le retour de la menace nucléaire via la prolifération de la bombe, une

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Marc-Olivier Padis

Directeur de la rédaction d'Esprit de 2013 à 2016, après avoir été successivement secrétaire de rédaction (1993-1999) puis rédacteur en chef de la revue (2000-2013). Ses études de Lettres l'ont rapidement conduit à s'intéresser au rapport des écrivains français au journalisme politique, en particulier pendant la Révolution française. La réflexion sur l'écriture et la prise de parole publique, sur…

Dans le même numéro

Les pouvoirs d'exeption à l'âge du terrorisme
La sécurité : paradigme d'un monde désenchanté
Le Liban en mal d'avenir