Pixabay
Dans le même numéro

Apprendre à refaire société

Le procès des attentats de Charlie Hebdo cristallise nombre de clivages contemporains autour des questions de liberté et de sécurité, dans un climat tendu par de nouveaux attentats terroristes. Peut-il être l’occasion d’interroger ces tensions et d’opérer une catharsis nationale ?

Que sommes-nous en droit d’attendre du procès qui s’est ouvert le 2 septembre 2020 ? Nous avons tous été victimes des attaques de janvier 2015, chacun à son échelle. Nous connaissions le terrorisme islamiste depuis le 11 septembre 2001, les images de sa violence hantaient déjà nos écrans. Nous en avions même fait l’expérience douloureuse en mars 2012 lors de l’équipée meurtrière de Mohammed Merah. Pourtant, c’est bien la série d’attaques menées par les frères Kouachi et Amedy Coulibaly qui a accéléré notre entrée dans la réalité terroriste. Ce fut l’acte premier de l’inimaginable devenu envisageable, jusqu’à presque se banaliser cinq ans plus tard. Ce fut aussi le premier attentat d’une longue série liée à la diffusion de caricatures du prophète Mahomet, série qui a abouti, le 16 octobre 2020, au meurtre violent de Samuel Paty, professeur d’histoire-géographie à Conflans-Sainte-Honorine. Ainsi, le procès qui se tient actuellement devant la cour d’assises spéciale de Paris est indéniablement historique, en prise avec une actualité explosive et porteur de nombreuses promesses.

Un procès thérapeutique ?

Fin août déjà, journalistes et sociologues interrogeaient le potentiel thérapeutique de ce procès hors norme, non seulement pour ceux qui, en première ligne il y a cinq ans, se succèdent aujourd’hui à la barre, mais aussi pour notre nation dans son ensemble. Très suivi en France ainsi qu’à l’étranger, l’événement annonçait une catharsis collective et un renforc

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Marie Chabbert

Maîtresse de conférence en philosophie et en littérature française à l’université d’Oxford (Oriel College), Marie Chabbert se spécialise dans l'étude de la question religieuse dans la pensée française contemporaine. Elle travaille actuellement à son premier ouvrage universitaire intitulé Faithful Deicides: Contemporary French Thought and the Eternal Return of Religion.…

Dans le même numéro

Source d’inquiétude autant que de fascination, la Chine continue de représenter une énigme. Le socialisme « aux couleurs de la Chine » conjugue en effet un capitalisme sauvage avec un pouvoir centralisé dans une synthèse politique inédite. Le dossier explore le nouveau souverainisme, le pouvoir numérique, le rapport aux minorités et la gestion de l’épidémie. À lire aussi : projet de danger perpétuel, du fanatisme à la radicalité, la dissidence discrète de Marc Fumaroli, pour une philosophie de la préhistoire et la controverse Kundera.