JOURNAL L'HUMANITE , Marche pour l'égalité et contre le racisme, de Marseille (13) à Paris (75). S.l., 15 octobre - 03 décembre 1983. Droits : Pierre Trovel - Mémoires d'Humanité / Archives départementales de la Seine-Saint-Denis
Dans le même numéro

La France a changé avec eux

De la Marche pour l’égalité aux Indigènes de la République

novembre 2020

L’antiracisme hérité des années 1980 avait à cœur de rassembler, privilégiant des mots d’ordre consensuels de tolérance et d’unité. Après les échecs de la politique de la ville, les mouvements se sont fragmentés et durcis, cédant à des logiques d’affirmation identitaire.

Au moment où une indignation antiraciste jette dans la rue des milliers de citoyens, phénomène inédit par son ampleur depuis le début des années 2000, il paraît utile de se pencher sur quarante ans de lutte des minorités issues de l’histoire coloniale. Au cours de cette période, celles-ci ont pris une place centrale dans la société française, passant du statut de victimes de diverses crises, notamment économiques, ainsi que de comportements de racisme endémique, à celui d’acteurs de leur propre histoire, mais aussi de moteurs d’un tournant culturel de la société française.

L’émergence d’une nouvelle catégorie de Français

La marche dite « des beurs »

C’est en regardant le film Gandhi de Richard Attenborough, où est évoquée la Marche du sel indienne, que Toumi Djaïdja et Christian Delorme ont l’idée, en 1983, de lancer à leur tour une marche « pour l’égalité et contre le racisme ». Celle-ci sera rebaptisée « Marche des beurs » par la presse, selon le vocable alors largement répandu auprès des premiers concernés. Toumi Djaïdja, son porte-drapeau, innocent blessé par balle par un vigile, est u

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Erwan Ruty

Directeur du Médialab93 et ancien rédacteur en chef de Presse & Cité.

Dans le même numéro

La récente vague de manifestations contre le racisme et les violences policières a montré qu’une partie de la jeunesse française a le sentiment d’étouffer. En choisissant de prêter attention à ce qu’elle exprime, on distingue d’abord une demande d’égalité et de justice : loin de constituer un défi aux principes républicains, celle-ci entend plutôt en actualiser l’héritage. À lire aussi dans ce numéro : l’unité européenne après la réunification allemande, le chemin du djihad, les cinq piliers de la laïcité, les pouvoirs de la Cour suprême et la rentrée littéraire.