Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

Sukhoï Su-25 russes, base de Lattaquié en Syrie, 3 Octobre 2015. / Mil.ru, Wikimedia
Sukhoï Su-25 russes, base de Lattaquié en Syrie, 3 Octobre 2015. / Mil.ru, Wikimedia
Dans le même numéro

En Syrie, la Russie applique la solution militaire

par

Yann Mens

novembre 2016

Alors que l'on pouvait voir en Bachar El-Assad un boulet pour Vladimir Poutine, celui-ci n'a fait que lui renforcer son soutien. La personne du président syrien compte en réalité moins, dans les calculs russes, que le rôle stratégique de la Syrie. La Russie a besoin, pour se projeter en Méditerranée, d'un pouvoir syrien favorable. La préservation du régime est donc capitale pour elle, car rien ne garantit qu'elle pourrait conserver une présence en Syrie en cas de chute de la dynastie Assad.

C’est une formule répétée à l’envi, l’une des convictions les plus régulièrement affichées par les principaux pays et acteurs politiques impliqués, à des degrés divers, dans la guerre en Syrie : il n’y a pas de solution militaire au conflit. Si l’on entend par « solution » un mode de règlement qui assurerait le retour durable à la paix sur l’ensemble du territoire syrien, c’est indéniable. En revanche, si l’on se place du côté du régime et de ses alliés (Russie, Iran), et que l’on entend par « solution » une simple stabilisation de la guerre à un niveau de basse intensité qui permette à Bachar Al-Assad de ne plus vraiment s’inquiéter pour son maintien au pouvoir, quitte à tolérer peut-être quelques poches rurales de résistance ici ou là, voire une autonomie temporaire de fait pour certaines zones (kurdes essentiellement), il y a bien une issue militaire au conflit syrien. Et la Russie semble en passe de l’imposer au terme d’un an d’intervention directe, aérienne surtout.

Longtemps, les diplomates occidentaux et certains responsables de l’opposition ont voulu croire que la rhétorique des responsables russes, laissant entendre que Moscou n’était pas attaché à Bachar Al-Assad, serait bientôt suivie d’actes. Que Vladimir Poutine, conscient que son allié damascène était un mauvais placement pou

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !