Dans le même numéro

L’art d’un homme libre, de Gao Xingjian

Traduction et préface de Noël Dutrait

mars 2018

#Divers

La Montagne de l’âme a valu à Gao Xingjian d’être le treizième Prix Nobel de littérature français en 2000. Ce magnifique roman, oscillant entre le « je », le « tu » et le « il », épouse les contours mouvants d’une subjectivité solitaire. Par son travail sur la langue, entre fable, notes de voyage et plongée dans les rêves et les pensées du narrateur, l’œuvre transcrit une errance éminemment poétique au sein des contrées les plus reculées de la Chine, à travers ses paysages, légendes et contes anciens. Libre, errante, refusant avec obstination les obscurités de chaque époque qu’elle a traversée, la voix singulière de Gao Xingjian s’est exprimée sous presque toutes les formes artistiques : peintures, essais (De la création, 2008), romans (le Livre d’un homme seul, 1998), mais encore poèmes (la Ballade nocturne, 2007), pièces de théâtre (le Quêteur de la mort, 2003), opéras (la Neige en août, 2003), ciné-poèmes (Après le déluge, 2008).

L’Art d’un homme libre est un recueil de onze conférences récentes de l’auteur, agr&eac

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Nathalie Bittinger

Agrégée de lettres modernes et maître de conférences en études cinématographiques à l'université de Strasbourg, elle a publié 2046 de Wong Kar-wai (Armand Colin, 2007) et a dirigé Cinémas d'Asie. Nouveaux regards (Presses universitaires de Strasbourg, 2016) ainsi que Dictionnaire des cinémas chinois. Chine, Hong Kong, Taiwan (Hémisphères/Maisonneuve et Larose, 2019). …

Dans le même numéro

Pourquoi acceptons-nous d’être commandés dans les entreprises d'une façon que nous réprouvons ailleurs ? Si la France a promu la représentation des salariés, par le biais des syndicats et des délégués du personnel, elle devrait aussi favoriser leur participation à la gestion des entreprises.