Dans le même numéro

Daniel Lindenberg et les souterrains de l’histoire

mars 2018

#Divers

Associer le nom de Daniel Lindenberg à la seule tempête médiatique qui a semé la panique dans le milieu intellectuel hexagonal en 2002 laisse entendre que l’auteur du Rappel à l’ordre[1] cherchait la castagne « pour faire un coup ». C’est oublier que Lindenberg laisse une œuvre qui n’est pas sans cohérence et dont les diverses publications s’étendent sur près de quarante années. Certes, la mémoire est courte par les temps qui courent.

Né en 1940, passé par l’Union des étudiants communistes (Uec), puis par le groupe maoïste de l’Union des jeunesses communistes marxistes-léninistes (Ujcml), Lindenberg prend ses distances avec le spontanéisme et le culte stalino-maoïste du chef. Cela le conduit, parallèlement à un livre sur l’école[2], à s’interroger sur ce qu’il appelle le « marxisme introuvable[3] ». Pourquoi introuvable ? Ce livre raconte l’histoire de l’introduction du marxisme en France et se penche sur les raisons pour lesquelles la rencontre ne s’est pas faite. Cela explique son int&eacut

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Olivier Mongin

Directeur de la revue Esprit de 1989 à 2012   Marqué par des penseurs comme Michel de Certeau, qui le pousse à se confronter au structuralisme et l'initie aux problématiques de la ville et aux pratiques urbaines, Claude Lefort et Cornelius Castoriadis, les animateurs du mouvement Socialisme ou Barbarie, qui lui donnent les outils à la fois politiques et philosophiques de la lutte anti-totalitaire,...

Dans le même numéro

Pourquoi acceptons-nous d’être commandés dans les entreprises d'une façon que nous réprouvons ailleurs ? Si la France a promu la représentation des salariés, par le biais des syndicats et des délégués du personnel, elle devrait aussi favoriser leur participation à la gestion des entreprises.