Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

DR
DR
Dans le même numéro

Les transformations de l’action publique

Les directeurs de trois grands instituts nationaux éclairent les recompositions récentes de l’action publique. S’ils insistent sur l’importance de leur autonomie, dans un contexte de plus en plus concurrentiel, ils souhaitent renforcer la confiance des citoyens et des salariés vis-à-vis de l’État.

À l’automne 2021, dans le prolongement du numéro d’avril 2021, « Changer d’État », et dans le cadre de la réforme de la haute fonction publique engagée par le président Emmanuel Macron, Esprit a souhaité interroger les directeurs de trois grands instituts nationaux sur les recompositions de l’action publique en ce début de xxie siècle. À l’invitation de Frédéric Gilli et de Laurent Sablic, directeurs associés de l’agence Grand Public, qui a réalisé plusieurs enquêtes auprès d’agents de la fonction publique ces dernières années, cet entretien a permis de croiser les perspectives de Philippe Mauguin, directeur général de l’Institut national de la recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement (Inrae), Sébastien Soriano, directeur de l’Institut national de l’information géographique et forestière (IGN), et Jean-Luc Tavernier, directeur de l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee).

Vous êtes à la tête d’instituts publics inscrits dans le temps long, mais le contexte dans lequel vous évoluez est sensiblement bousculé ces temps-ci. On pense à l’irruption du big data qui chamboule la donne dans la production des statistiques pour l’Insee, à la globalisation des enjeux alimentaires et agricoles pour l’Inrae ou encore, pour l’IGN, aux bouleversements du champ de la cartographie depuis l’irruption des Gafam (Google, Apple, Facebook, Am

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Philippe Mauguin

Ingénieur général des ponts, des eaux et des forêts, il est directeur général de l’Institut national de la recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement.

Sébastien Soriano

Haut fonctionnaire, directeur général de l’Institut national de l’information géographique et forestière, Sébastien Soriano est l’auteur de Un avenir pour le service public (Odile Jacob, 2020).

Jean-Luc Tavernier

Économiste et inspecteur général des finances, il est directeur de l’Institut national de la statistique et des études économiques.

Dans le même numéro

La démocratie des communs

Les « communs », dans leur dimension théorique et pratique, sont devenus une notion incontournable pour concevoir des alternatives à l’exclusion propriétaire et étatique. Opposés à la privatisation de certaines ressources considérées comme collectives, ceux qui défendent leur emploi ne se positionnent pas pour autant en faveur d’un retour à la propriété publique, mais proposent de repenser la notion d’intérêt général sous l’angle de l’autogouvernement et de la coopération. Ce faisant, ils espèrent dépasser certaines apories relatives à la logique propriétaire (définie non plus comme le droit absolu d’une personne sur une chose, mais comme un faisceau de droits), et concevoir des formes de démocratisation de l’économie. Le dossier de ce numéro, coordonné par Édouard Jourdain, tâchera de montrer qu’une approche par les communs de la démocratie serait susceptible d’en renouveler à la fois la théorie et la pratique, en dépassant les clivages traditionnels du public et du privé, ou de l’État et de la société.