Dans le même numéro

Chine : Comprendre le système de crédit social

octobre 2019

Système de systèmes, couteau suisse de la gouvernance, couvrant la plupart des aspects de la société, le crédit social est un objet plus complexe que le simple outil de surveillance qu’on tend à en faire.

La République populaire de Chine fait l’objet nombreux fantasmes. Autrefois perçue à travers le prisme orientaliste, on la perçoit aujourd’hui comme un géant économique couplé à un monstre politique, pays de la censure et de la répression. La difficulté de dépasser ces biais analytiques est illustrée par le traitement accordé au «système de crédit social», présenté dans la presse comme «un outil de notation du comportement des individus». Fin avril, France 2 diffusait dans un reportage les images de citoyens brandissant leur «score de crédit social», qui leur octroie des réductions dans les transports ou, à l’inverse, leur interdit l’accès au train. Le crédit social est comparé à un épisode de la série britannique Black Mirror, dans lequel le comportement des individus fait l’objet d’une note définissant leur place dans la société. Cette couverture médiatique est néanmoins problématique, en ce qu’elle induit en erreur sur les réalités de ce «système

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Pierre Sel

Diplômé de Sciences-Po Paris, sinisant, travaille sur la modernisation de l'administration chinoise. Co-fondateur de l'entreprise de veille "EastIsRed".

Dans le même numéro

À mi-mandat du quinquennat d’Emmanuel Macron, le dossier diagnostique une crise de la représentation démocratique. Il analyse le rôle des réseaux sociaux, les mutations de l’incarnation politique et les nouvelles formes de mobilisation. À lire aussi dans ce numéro : Jean-Luc Nancy sur l’Islam, Michael Walzer sur l’antisionisme et François Dubet sur la critique de la sélection.