Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

Dans le même numéro

La responsabilité de la France vue du Rwanda. Le rapport Mucyo : une lecture historienne

mai 2010

Le rapport Mucyo : une lecture historienne

C’est au début du mois d’août 2008 que le rapport de la « Commission nationale indépendante chargée de rassembler les preuves montrant l’implication de l’État français dans le génocide perpétré au Rwanda en 1994 » – dit rapport Mucyo, du nom du président de cette commission – a été porté à la connaissance du public1. Comme son titre l’indiquait de manière éloquente, le texte, dont la version reste d’ailleurs provisoire, instruisait à charge contre la France. Ses « recommandations » finales étaient à ce titre particulièrement sévères : considérant qu’« à l’issue de son enquête, la Commission a trouvé que l’État français a joué une part active dans la préparation et l’exécution du génocide de 1994 », celle-ci demandait notamment au gouvernement rwandais de « se réserver le droit de porter plainte contre l’État français pour sa responsabilité dans la préparation et l’exécution du génocide de 1994 au Rwanda devant les instances judiciaires internationales habilitées », et de « soutenir toute action individuelle ou collective de victimes qui souhaiteraient porter plainte devant les tribunaux pour le préjudice causé par les actions de l’État français et/ou ses agents au Rwanda ».

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Stéphane Audoin-Rouzeau

Directeur d'étude à l'École des hautes études en sciences sociales, il est spécialisé dans l'anthropologie historique du phénomène guerrier à l'époque contemporaine.

Dans le même numéro

Quinze ans après le génocide, une relation à reconstruire
La responsabilité de la France vue du Rwanda
L'histoire des massacres, entre banalisation, révision et négation
Peut-on imaginer une prévention internationale des génocides ?