Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

Dans le même numéro

La crise financière vue par le théâtre

janvier 2010

#Divers

La production concomitante à Londres cet automne de deux pièces de théâtre sur les dérèglements du système financier témoigne de la réactivité de la scène britannique aux secousses qui traversent la société et la conduisent à se regarder autrement.

La pièce de David Hare, The Power of Yes, porte un sous-titre explicite : « Un auteur dramatique cherche à comprendre la crise financière1. » Enron, de Lucy Prebble, revient sur la faillite en 2001 de la société du même nom, conséquence de la dérégulation sauvage du marché de l’énergie aux États-Unis, d’un recours massif à l’endettement et à sa dissimulation au travers de sociétés non consolidées, autant d’éléments qui préfigurent la crise financière mondiale de 20082.

Quand au printemps dernier Nicholas Hytner, directeur du National Theatre, juge nécessaire la programmation d’une pièce sur la crise financière, le nom de David Hare s’impose. Dans le cadre d’une longue collaboration avec le National Theatre, celui-ci a déjà écrit depuis 1978 plus d’une dizaine de textes originaux, traitant pour la plupart de sujets politiques, comme Stuff Happen

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !