Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

Dans le même numéro

Tom Stoppard, l'histoire en scène

juin 2007

#Divers

L’inquiétude sur la situation du théâtre en France est légitime : ébranlement des fondements esthétiques, difficultés économiques aggravées par l’inadéquation des subventions et le statut des intermittents ou encore désaffection du public en dépit de l’engouement pour sa pratique et de l’augmentation du nombre de spectacles proposés. Ce malaise récurrent, en partie inhérent à la spécificité de cet art, induit à chaque fois un questionnement sur le rôle du théâtre dans une société donnée. La pluralité des sens qu’il peut y acquérir – révélateur d’un nouveau comportement culturel, porteur d’un langage inédit, emblématique d’une mutation sociale ou émanation des tourments individuels et collectifs – témoigne de la complexité des enjeux.

Face à la crise du théâtre en France, la vitalité du paysage théâtral anglais surprend : des lieux pérennes accompagnent la création dramatique, comme le Royal Court Theatre qui, pour fêter son cinquantième anniversaire, propose une rétrospective de ses productions les plus marquantes de John Osborne à David Hare en passant par Harold Pinter ou Arnold Wesker ; des metteurs en scène indépendants comme Deborah Warner, des troupes comme Cheek by Jowl de Declan Donnelan, ou Complicite Theatre de Simon Mac Burney proposent aussi bien une lecture inédite des classiq

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !