Dans le même numéro

Tourisme urbain : à quand la décroissance ?

juil./août 2016

L’extension du tourisme suscite des mécontents dans les grandes capitales européennes. Alors que Barcelone a infléchi sa politique d’accueil, Paris reste sur une ligne productiviste et semble insensible à l’idée de la décroissance.

La pratique du Grand Tour, que les fils d’aristocrates anglais effectuaient à la fin du XVIIe siècle et surtout au XVIIIe siècle pour parfaire leur éducation et compléter l’université, les entraînait dans des villes à la culture renommée, aussi bien en France qu’en Italie, les deux principales destinations de ces séjours de plusieurs mois, voire d’années. Au XIXe siècle, les expositions universelles se déroulent également dans des grandes villes et accueillent des cohortes de touristes urbains. Celle de Paris en 1900 reçoit plus de visiteurs que d’habitants dans l’Hexagone : 60 millions contre 40 millions ! Une partie non négligeable d’entre eux sont des touristes, venus parfois de très loin, et non pas seulement des excursionnistes d’un jour. Qui dit « tourisme urbain », dit « hôtellerie » et « restauration », « distractions » et « événements culturels », proposés à tout un éventail de prix pour toucher tous les publics. Ce tourisme urbain combine parfois un tourisme d’affaires et un tourisme sexuel…

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Thierry Paquot

Philosophe, professeur à l'Institut d'urbanisme de Paris, il est spécialiste des questions urbaines et architecturales, et participe activement au débat sur la ville et ses transformations actuelles. Thierry Paquot a beaucoup contribué à diffuser l'oeuvre d'Ivan Illich en France (voir sa préface à Ivan Illich, La Découverte, 2012), et poursuit ses explorations philosophiques du lien entre nature,…

Dans le même numéro

Entre désir de distinction et quête d’authenticité, le tourisme a pris différentes formes au cours de l’histoire. Le dossier estival de la revue Esprit, coordonné par Emmanuel Laurentin, interroge nos raisons de partir, quand il n’y a plus d’ailleurs où se perdre, ainsi que les effets du tourisme de masse sur la diversité du monde, des sites désertés aux grandes capitales européennes.